Minds, le Facebook à la sauce Anonymous

Capture d'écran de thestack.com
Capture d'écran de thestack.com

Le nouveau réseau social soutenu par Anonymous se lance dans la bataille contre Facebook et les autres géants du secteur. Une différence notable : leur propre réseau s'appuie sur la protection de la vie privée, la sécurité et la transparence.

Le site nommé Minds.com, a les mêmes caractéristiques de base que tous les autres réseaux sociaux : les utilisateurs postent photos et messages pour leurs followers qui peuvent commenter ou promouvoir les posts qu’ils lisent. Mais contrairement à ses concurrents, Minds n’aspire pas à faire de l’argent en collectant les données de ses utilisateurs. Au lieu de cela, il crypte tous les messages de manière à les rendre illisibles par les annonceurs ou par les autorités.

Une autre différence considérable comparée à d’autres plateformes : le réseau social permet aux utilisateurs de contrôler eux-mêmes la portée de leurs posts. Ils obtiennent directement la visibilité de leurs messages et peuvent ainsi choisir ceux qu’ils souhaitent afficher. Cette stratégie est plus transparente que celle de Facebook, qui fait appel à un algorithme complexe comprenant l’engagement, le nombre de clics et le temps passé sur certains posts.

Minds.com a été lancé officiellement sous forme d’application pour smartphone et ordinateur. Mais la volonté du groupe qui soutient ce projet est de pouvoir offrir un réseau en Open Source, pour que chacun puisse contribuer au design, à la mise en page ou à la maintenance du réseau.

Une page affiliée d’Anonymous revendiquant plus d’un million de followers, «ART of Revolution», a lancé un appel au soutien. «Collaborons pour aider à construire Minds et d’autres sites Open Source, de réseaux cryptés, pour créer un site référence pour le peuple, par le peuple et avec le peuple», souligne le message.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales