LinkedIn toujours bloqué en Russie car il refuse d'y héberger les données de ses clients russes

LinkedIn toujours bloqué en Russie car il refuse d'y héberger les données de ses clients russes
Illustration © Carl Court / Getty Images

Le réseau social à destination des professionnels a encore refusé de domicilier des serveurs de données en Russie, comme l'y contraint la législation. En conséquence, le blocage de LinkedIn en Russie, confirmé en novembre 2016, est maintenu.

LinkedIn restera bloqué en Russie car le réseaux social professionnel dédié à la recherche d'emploi a refusé de respecter les lois russes sur l'hébergement des données personnelles des ressortissants de la Fédération de Russie.

«LinkedIn a refusé de déplacer ses serveurs de données conservant les données personnelles de citoyens russes sur le territoire de la Fédération de Russie, confirmant ainsi son désintérêt pour le marché russe», a rapporté ce 7 mars 2017 l'organisme de surveillance russe des médias, Roskomnadzor qui indique avoir reçu une lettre de LinkedIn

Chargé de surveiller la mise en application de la loi fédérale russe «sur la protection des données personnelles», adoptée en juillet 2014 et entrée en vigueur en septembre 2015, Roskomnadzor contrôle quelque 1 500 société internet.

En novembre 2016, un tribunal de Moscou avait déjà confirmé en appel le blocage en Russie du réseau professionnel, car ce dernier violait la loi imposant le stockage des données personnelles des citoyens russes sur le territoire de la Fédération. LinkedIn persiste en effet à conserver les données de ressortissants russes dans des serveurs situés aux Etats-Unis. Google, Viber et Samsung se sont pour leur part conformés à la législation et relocalisé leurs serveurs de données en Russie.

Lire aussi : LinkedIn définitivement bloqué sur le territoire russe

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage