Trop d’étrangers en HLM ? Le maire de gauche de Florence redoute l’effet «banlieue à la française»

Trop d’étrangers en HLM ? Le maire de gauche de Florence redoute l’effet «banlieue à la française»© Miguel Medina Source: AFP
La ville de Bobigny, en banlieue parisienne

Appelant à mettre en place une législation plus contraignante pour l’accès aux logements sociaux des non-Italiens, un élu a évoqué la France comme un modèle d’échec en la matière, l’accusant de placer les étrangers dans des ghettos périphériques.

«Les critères d'attribution des logements sociaux doivent être revus parce que dans certains quartiers périphériques, on risque de créer des ghettos avec un tiers d'Italiens et un tiers d'étrangers hors Union européenne», a lancé Dario Nardella, maire de centre-gauche de la ville de Florence, au quotidien italien Corriere della Sera.

«Le modèle français des banlieues est un échec» a ensuite analysé le membre du parti démocrate, appelant à faire passer de 5 à 10 ans la durée minimale de résidence en Italie pour pouvoir faire une demande de logement social en Toscane.

L’élu italien a poursuivi : «Les familles rom qui n'envoient pas leurs enfants à l'école doivent être punies. Et parmi les punitions, on retire aussi le logement. Ce n'est pas une question de racisme, c'est une question de civilisation.»

La politique actuelle «ne fonctionne pas. Je le dis en tant qu'homme politique de gauche, cela signifie que nous transformons nos complexes immobiliers en ghettos», avait-il lancé la veille sur la station Lady Radio.

Lire aussi : Vérone interdit les échoppes de kebabs pour préserver sa beauté

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales