Sur Twitter, Donald Trump accuse Barack Obama de l'avoir mis «sur écoute» pendant l'élection

Sur Twitter, Donald Trump accuse Barack Obama de l'avoir mis «sur écoute» pendant l'élection© Robyn Beck Source: AFP
Le président Donald Trump et son prédécesseur Barack Obama lors de l'investiture

Fidèle à son style de communication habituel, le président américain a accusé son prédécesseur de l'avoir espionné avant sa victoire au scrutin de novembre, comparant cela au scandale du «Watergate» qui avait conduit à la démission de Nixon.

«Dégueulasse ! Viens de découvrir qu'Obama m'avait "mis sur écoute" dans la Trump Tower juste avant la victoire. [Il n'a] rien trouvé.», a lancé Donald Trump le 4 mars sur Twitter. «C'est du maccarthysme» a-t-il ajouté, en référence à la traque des militants et sympathisants communistes aux Etats-Unis dans les années 1950.

Sans fournir de détails supplémentaires, le président américain a, dans une série de tweets, qualifié son prédécesseur Barack Obama de «méchant (ou malade)», avant d'assurer qu'un «bon avocat pourrait présenter un gros dossier sur le fait que le président Obama mettait sur écoute mes téléphones en octobre, juste avant l'élection».

Dans ses messages, le vainqueur de l'élection américaine du 8 novembre a comparé l'affaire présumée au «Watergate», un vaste scandale d'espionnage politique qui avait conduit le président de l'époque, Richard Nixon, à démissionner en 1974.

Obama réfute les accusations

Cité par l'agence de presse Reuters, le porte-parole de Barack Obama, Kevin Lewis, a nié en bloc les allégations de Donald Trump. «Ni le président Obama ni aucun responsable de la Maison blanche n'a jamais ordonné la surveillance de n'importe quel citoyen américain. Toute suggestion contraire est simplement fausse», a-t-il déclaré.

Kevin Lewis a ajouté : «Une règle cruciale de l'administration Obama est qu'aucun responsable de la Maison blanche n'a jamais interféré avec une quelconque enquête indépendante menée par le département de la Justice.»

En janvier, le journal britannique The Guardian avait rapporté une information non-confirmée selon laquelle en octobre, le FBI, sous la présidence de Barack Obama, aurait obtenu un mandat pour placer sous surveillance quatre membres de l’équipe de Donald Trump, soupçonnés d’entretenir des liens avec des responsables russes.

Lire aussi : Maccarthysme 2.0 ? Le chef de la diplomatie russe met en garde contre une «chasse aux sorcières»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales