Quand un mémo anti-fuites du département d’Etat fait lui-même l’objet d’une fuite

Quand un mémo anti-fuites du département d’Etat fait lui-même l’objet d’une fuite© Joshua Roberts Source: Reuters
Le bâtiment du département d'Etat à Washington

Un document préparé par le département d’Etat pour le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson sur les fuites potentielles au sein de l’institution, a lui-même fuité, un journaliste du Washington Post en ayant publié certains extraits.

Ironie du sort, un document interne du département d’Etat mettant en garde contre les fuites potentielles qui pourraient être causées par des employés du département d’Etat, a lui-même fuité. Le mémo de quatre pages rédigé par un conseiller juridique, Richard Visek, à destination du secrétaire d’Etat Rex Tillerson, est tombé entre les mains d’un journaliste du Washington Post, Josh Rogin.

Selon ce dernier, le mémo datant du 20 février est intitulé SBU : Protection des informations privilégiées. L’acronyme SBU signifie que les informations sont sensibles mais non classifiées mais doivent cependant ne pas être rendues publiques.

Une grande partie du document est dédiée à la lutte contre les fuites. «Quand de telles informations [sensibles] font l’objet d’une fuite… Ça refroidit la volonté de hauts responsables gouvernementaux à chercher un conseil solide et franc, ce qui nuit finalement à […] la réputation de l'institution où une fuite s’est produite», lit-on dans le mémo.

En outre, Josh Rogin a également révélé, en citant ses propres sources, que le secrétaire d’Etat américain essayait de renforcer le contrôle dans son département en réduisant le nombre de responsables présents aux réunions importantes et préférait lui-même ne pas trop se montrer. Par exemple, le département d’Etat n’a pas tenu de conférence de presse après sa nomination.

Reste que le département d’Etat encourage ses employés à utiliser le «Dissent Channel», un procédé mis en place en 1971 pour permettre aux employés du Secrétariat d'Etat d'exprimer leur désapprobation d'une politique étrangère décidée par l'exécutif. «Le département a profité de l’existence du "Dissent Channel", un moyen confidentiel délibératif cherchant à rendre plus facile le dialogue ouvert, créatif et non censuré sur les questions importantes de la politique étrangère», dit le mémo.

Le mois dernier, le service en charge du «Dissent Channel» a eu fort à faire : près de 1 000 diplomates américains avaient alors exprimé leur protestation contre le décret migratoire de Donald Trump interdisant l’entrée aux Etats-Unis des ressortissants de sept pays (la Syrie, la Libye, la Somalie, le Soudan, le Yémen, l’Irak et l’Iran).

Le département d’Etat a refusé de commenter la fuite. Son porte-parole Mark Toner a déclaré à Josh Rogin qu’il n’entendait pas discuter du contenu d’un mémo interne qui n’était pas destinée à être publié.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.