Inquiet pour sa sécurité, Geert Wilders suspend ses «activités publiques»

Inquiet pour sa sécurité, Geert Wilders suspend ses «activités publiques»© Martijn Beekman Source: AFP
Geert Wilders
Suivez RT France surTelegram

Après l'arrestation d'un policier chargé de sa protection qui aurait transmis des informations à un «groupe criminel marocain», le leader anti-islam et anti-immigration Geert Wilders a suspendu provisoirement les activités politiques de son parti.

En pleine campagne électorale, Geert Wilders, le patron du Parti pour la liberté (PVV), a annoncé le 23 février qu'il suspendait ses «activités publiques» après la découverte de fuites qu'aurait organisées un agent des services secrets chargé de sa protection.

Geert Wilders, qui propose la fermeture des mosquées et l'interdiction de l'immigration en provenance de pays à majorité musulmane, a expliqué ne pas pouvoir faire campagne sans une protection adéquate. 

«Une nouvelle extrêmement inquiétante», a-t-il affirmé sur son compte Twitter, ajoutant : «Jusqu'à ce que tous les faits soient connus au sujet de l'enquête pour corruption, le PVV suspend toutes ses activités publiques». 

Selon certains médias néerlandais, le policier incriminé, d'origine marocaine, aurait transmis des informations sur les déplacements de Geert Wilders à un «groupe criminel marocain». Arrêté par la police pour «violation de secrets officiels», cet individu a été libéré le 23 février de manière conditionnelle dans l'attente de son procès, selon l'agence de presse néerlandaise ANP.

Toujours favori des sondages, à trois semaines des élections des élections législatives néerlandaises du 15 mars, le patron du Parti pour la liberté apparaît plus que jamais comme une personnalité politique incontournable. Il a lancé sa campagne politique le 18 février en vue  avec un discours anti-immigration et anti-islam, en promettant notamment d'en finir avec «la racaille marocaine».

Pour rappel, l'homme politique néerlandais Pim Fortuyn avait été assassiné en pleine rue à Hilversum en 2002, juste avant les élections législatives. Deux ans plus tard, à Amsterdam, un extrémiste islamiste avait abattu Theo Van Gogh, un réalisateur néerlandais controversé pour ses prises de positions sur l'islam.

Lire aussi : Pour le dirigeant d'extrême droite néerlandais, la liberté et l’islam sont «incompatibles»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix