Pour le dirigeant d'extrême droite néerlandais, la liberté et l’islam sont «incompatibles»

Pour le dirigeant d'extrême droite néerlandais, la liberté et l’islam sont «incompatibles»

Le chef du parti néerlandais Geert Wilders, au sommet des sondages ces derniers mois, a appelé encore une fois à expulser les migrants musulmans hors des Pays-Bas car, selon lui, l’islam ne correspond pas aux valeurs de ses compatriotes.

«Les valeurs néerlandaises sont basées sur le christianisme, le judaïsme et l’humanisme. L’islam et la liberté sont incompatibles. Vous le voyez presque dans chaque pays où il domine : une absence totale de liberté, de société civile, de respect de la loi et de classe moyenne. Les journalistes, homosexuels, non-croyants – ils sont tous en danger là-bas. Et nous importons cela», a déclaré le dirigeant du parti d’extrême droite néerlandais le Parti pour la liberté, Geert Wilders, dans une interview à USA Today.

«Depuis longtemps, notre société craignait de dire : "Non, c’est notre culture néerlandaise, nous ne traitons pas les femmes comme ça".  […] Je crois à ce que je vous dis, l’idéologie islamique est une grande menace», a-t-il poursuivi.

Le 18 février, Geert Wilders a lancé sa campagne en vue des élections législatives du 15 mars avec un discours anti-immigration et anti-islam promettant d'en finir avec «la racaille marocaine». Il a invité ses compatriotes à «reprendre possession» de leur pays en votant pour le Parti pour la liberté.

«Il y beaucoup de racaille marocaine aux Pays-Bas, ce qui rend les rues peu sûres. Si vous voulez reprendre possession de votre pays, faire à nouveau des Pays-Bas un pays pour le peuple nérlandais, vous ne pouvez voter que pour notre parti», a-t-il précisé.

D'après les sondages menés en décembre dernier par TNS NIPO pour le magazine Vrij Nederland, environ 40% des Néerlandais sont d'accord avec les déclarations de ce parlementaire et comptent voter pour son parti.

Lire aussi : Pays-Bas : Geert Wilders se présente comme un incontournable du prochain gouvernement

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales