«Missile en approche» : quand un message d'alerte sème la panique dans une base américaine

«Missile en approche» : quand un message d'alerte sème la panique dans une base américaine© Kalousek Rostislav Source: www.globallookpress.com
(Photographie d'illustration)

Les militaires d'une base américaine en Allemagne ont sans doute eu la peur de leur vue en voyant s'afficher, sur leurs écrans d'ordinateurs, un message rouge indiquant qu'un missile était en approche. Il s'agissait, néanmoins, d'une fausse alerte.

Ces huit minutes ont certainement étaient les plus longues de la vie des employés de la base aérienne américaine de Spangdahlem, en Allemagne...

Au journal officiel des forces armées américaines, Stars and Stripes, le commandant Bryon McGarry a rapporté la mésaventure qu'a connue, le 14 février, le site militaire de l'OTAN. Ce jour-là, les membres du personnel de la base ont vu s'ouvrir sur leurs écrans un message informatique d'alarme, de couleur rouge, déclarant sans ambiguïté : «MISSILE EN APPROCHE. METTEZ-VOUS A L'ABRI IMMEDIATEMENT !».

«L'un des contrôleurs du poste de commandement était en train d'élaborer un modèle de ce message [...] Et il l'a envoyé par inadvertance à tout le monde», a expliqué Bryon McGarry.

Il a fallu attendre huit minutes pour qu'un message bleu soit diffusé sur les ordinateurs du personnel de la base aérienne, indiquant que l'alerte rouge était une erreur, et que l'installation américaine n'était pas la cible d'une attaque. «Un message d'alerte au missile a été envoyé par inadvertance. S'IL-VOUS-PLAIT, IGNOREZ-LE ET RETOURNEZ A VOS OPERATIONS ORDINAIRES», indiquait sobrement la missive de mise au point.

Un message de réconfort n'aurait sans doute pas été de trop pour les militaires la «Spangdahlem Air Base»...

Lire aussi : En Estonie, l'armée britannique offre à ses soldats un guide des meilleurs «shows érotiques» locaux

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.