Un accord sur le mécanisme de surveillance du cessez-le-feu en Syrie conclu à Astana

Un accord sur le mécanisme de surveillance du cessez-le-feu en Syrie conclu à Astana© Vladimir Tréfilov Source: Sputnik
Les négociations à Astana

Malgré la méfiance palpable entre les représentants du gouvernement syrien et ceux de l’opposition lors des négociations à Astana, les parties ont réussi à trouver un accord pour surveiller le cessez-le-feu en Syrie. Une étape que la Russie a saluée.

Les négociations sur la Syrie parrainées par la Russie, l’Iran et la Turquie, qui se sont étalées sur deux jours à huis clos dans un grand hôtel d'Astana, ne se sont pas passées sans heurts. Mais elles ont finalement débouché sur un accord concernant la création d’un mécanisme de surveillance du cessez-le-feu en Syrie.

A l’issue des pourparlers, le directeur du Département du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord du ministère russe des Affaires étrangères, Sergueï Verchinine, a parlé de «succès». «Nous estimons qu’une autre étape importante a été franchie. Nous avons réussi à rassembler dans une pièce des représentants du gouvernement syrien et de l’opposition armée, qui avaient accepté les conditions du cessez-le-feu en Syrie, le 30 décembre dernier», s’est-il félicité.

Reste que le niveau de méfiance entre les autorités syriennes et les rebelles reste élevé, a souligné le chef de la délégation russe Alexandre Lavrentiev. Mais malgré cela, des documents destinés à définir des sanctions concernant d'éventuelles violations du cessez-le-feu doivent être élaborés dans le mois à venir.

Des tentatives de torpillage des négociations ?

Les négociations ont été marquées par des désaccords entre des représentants du gouvernement syrien et de l’opposition. Le chef de la délégation gouvernementale syrienne, Bachar Jaafari, a accusé les rebelles présents à Astana et la délégation turque de «vouloir sciemment perturber les réunions». Il a expliqué l’échec de l’adoption d'un communiqué final à l’issue des pourparlers par «l’arrivée tardive» de la délégation d’Ankara et celle de l’opposition syrienne. Selon lui, cela démontre «une attitude irresponsable» envers le sommet.

Lire aussi : Syrie : «Une ère nouvelle dans les négociations» s'est ouverte à Astana

Bachar Jaafari a également prêté attention au fait que la Turquie était représentée par «une délégation de bas niveau», ce qui va à l'encontre de son statut de garant du cessez-le-feu en Syrie.

Ces négociations d’Astana ayant pour but de mettre un terme au conflit syrien suivent un premier round de pourparlers qui s'est déroulé le mois précédent, entre des représentants du gouvernement et des groupes rebelles syriens. Les discussions doivent servir de préalable aux négociations de Genève, qui débuteront le 23 février.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage