Brexit : Tony Blair sort de sa retraite et appelle les Britanniques à «changer d'avis»

Brexit : Tony Blair sort de sa retraite et appelle les Britanniques à «changer d'avis»
Tony Blair donne l'accolade à Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, le 25 janvier 2017, photo ©Reuters/Francois Lenoir

C'est la première intervention publique de l'ex-Premier ministre britannique depuis le référendum du Brexit. Et, selon lui, il y a urgence à se «dresser» contre la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Les votants auraient été mal informés.

«Ce n'est pas le moment de la retraite, de l'indifférence et du désespoir mais le moment de nous dresser pour défendre ce en quoi nous croyons», a martelé l'ancien Premier ministre britannique lors d'un discours devant un think tank, «Open Britain», partisan d'un maintien dans l'Union européenne.

Et quant au fait que le Brexit a été validé par le suffrage universel et un référendum, Tony Blair a une explication, laquelle a l'avantage d'être dans l'air du temps : les votants auraient été mal informés, selon lui. «Notre défi est d'exposer sans relâche le coût réel [du Brexit], de montrer combien cette décision a été fondée sur une connaissance imparfaite». Tony Blair s'en est en outre vivement pris au Premier ministre Theresa May, l'accusant de mettre à profit et d'«abuser du patriotisme» des britanniques.

Tony Blair s'est «incroyablement» trompé en Irak

Aussi, les réactions des politiciens pro-Brexit n'ont pas tardé. Sur la BBC, Iain Ducan, ancien chef de file du Parti conservateur et eurosceptique a qualifié la sortie de Tony Blair d'«arrogante, antidémocratique, et hors de propos». Mais c'est le ministre des Affaires étrangères Boris Johnson qui a mené la charge, se moquant de l'ancien Premier ministre.

Rappelant que Tony Blair «incroyablement trompé» au sujet de la présence d'«armes de destruction massives» en Irak en 2003, Boris Johnson a appelé avec ironie «le peuple britannique à se lever et à éteindre la télévision quand il verront apparaître Tony Blair dérouler sa campagne condescendante».

Le 8 février 2017, le parlement britannique a autorisé à 494 voix contre 122 l'activation de l'article 50 du Traité de l'Union européenne permettant le Brexit. Ceux des députés conservateurs pro-européens ont finalement renoncé à s'opposer à la sortie du Royaume-Uni de l'Union et se conformer au résultat du référendum. Le Premier ministre Theresa May décidait dans la foulée de déclencher l'article 50 avant la fin du mois de mars 2017.

Lire aussi : Tony Blair compte faire son come-back ? Retour sur un bilan (très) controversé

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»