«Post-vérité» dans l'espace : y a-t-il eu, oui ou non, de l'eau sur Mars ?

«Post-vérité» dans l'espace : y a-t-il eu, oui ou non, de l'eau sur Mars ?
Le robot de la NASA Curiosity Rover, sur Mars depuis 2012, a pour mission d'établir la présence d'eau fossile ©NASA, DR

Depuis quatre ans, le robot Curiosity Rover analyse le sol de la planète rouge à la recherche de preuves de présence d'eau dans le passé, indispensable à la vie y compris extraterrestre. Mais les dernières analyses sont contradictoires.

Le robot Curiosity Rover continue inlassablement de rechercher des preuves de présence passée d'eau sur Mars. Mais, après le recueil d'une série d'indices probants, patatras ! Il n'y aurait finalement pas eu assez de gaz à effet de serre sur la planète rouge pour permettre la formation d'eau liquide, déplore la NASA.

Après avoir analysé des cailloux martiens pendant plus de quatre ans, Curiosity Rover peine en effet à trouver suffisamment de carbonates, preuve indirecte et fossile de la présence de dioxyde de carbone (CO2). En l'absence de ces derniers, la température à la surface de la planète il y a 3,5 milliards d'années n'aurait pas été suffisante pour permettre la formation de lacs, cours d'eau et autres nappes phréatiques.

Pas d'eau, pas de vie sur Mars

Aussi, les scientifiques de l'agence spatiale américaine restent-ils perplexes au point de devoir revenir sur leurs affirmations et d'utiliser le conditionnel. En janvier 2017, le vaillant robot avait pourtant trouvé des veines dans le sol ainsi que des craquelures à la surface de Mars dont l'apparence accréditait la thèse de lacs évaporés.

Les scientifiques se trouvent donc maintenant devant un paradoxe : d'un point de vue morphologique, la planète Mars présente des signes de présence d'eau, mais de celui de l'analyse des roches et du sol, les traces fossiles de gaz à effet de serre sont insuffisantes.

La présence d'eau est un préalable indispensable à la théorie d'une vie possible par le passé sur la planète Mars, y compris dans une forme primitive, telles des bactéries et autres organismes simples.

Lire aussi : Elon Musk s’inquiète que la troisième guerre mondiale gène ses plans de conquête de Mars

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»