Angela Merkel : nous avons intérêt à avoir de bonnes relations avec les Etats-Unis

Angela Merkel : nous avons intérêt à avoir de bonnes relations avec les Etats-Unis© Tobias SCHWARZ / Don EMMERT Source: AFP
Angela Merkel et Donald Trump

Depuis Varsovie, où elle s'entretenait avec les dirigeants polonais, la chancelière allemande a estimé qu'il était dans l'intérêt de l'Union européenne de partir sur de bonnes bases avec le nouveau président américain.

«Nous avons fortement intérêt à avoir de bonnes relations avec les Etats-Unis, basées sur des valeurs communes», a lancé la chef du gouvernement allemand Angela Merkel, le 7 février à Varsovie, selon l'agence Reuters. La chancelière s'est rendue en Pologne afin de s'entretenir avec un certain nombre de hauts responsables – la Première ministre Beata Szydlo, le président Andrzej Duda, le chef du parti au pouvoir (PIS) Jaroslaw Kaczynski, ainsi que les leaders de l'opposition. La dirigeante allemande a également profité de cette visite pour rappeler son opposition à une levée des sanctions contre la Russie liées au conflit ukrainien, la situation au sol étant toujours selon elle «inacceptable». Des propos à même de ravir le gouvernement polonais, l'un des plus ardents défenseurs du maintien de ces sanctions au sein de l'Union européenne (UE).

Lire aussi : Panique générale chez les euro-atlantistes

Merkel prête à partir sur de bonnes bases avec Trump ?

A travers ses propos sur les Etats-Unis, Angela Merkel a quelque peu dissipé les doutes sur le bon état des relations germano-américaines qu'ont laissé planer, ces dernières semaines, certaines déclarations de la diplomatie allemande. A l'issue de l'investiture de Donald Trump, le 20 janvier, le ministère des Affaires étrangères allemand Sigmar Gabriel avait déclaré que son pays devait «se préparer à une phase difficile» avec le nouveau président américain – une remarque néanmoins tempérée le lendemain par Angela Merkel, qui avait lancé : «Il vaut mieux pour tout le monde que nous travaillions ensemble sur la base de règles et de valeurs communes.» Une dizaine de jours plus tard, néanmoins, la chancelière allemande ne s'était pas gênée pour dénoncer le décret sur l'immigration pris par Donald Trump, interdisant temporairement l'accès aux Etats-Unis aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane.

Le président républicain, de son côté, n'a pas toujours mâché ses mots à l'égard de la dirigeante allemande, qualifiant la politique migratoire de celle-ci d'«erreur catastrophique» dans une interview accordée le 15 janvier au quotidien britannique The Times et au quotidien allemand Bild.

Lire aussi : Angela Merkel arrondit les angles face à Donald Trump et plaide pour le maintien du «marché global»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales