La Norvège en passe d’introduire un troisième genre ?

La Norvège en passe d’introduire un troisième genre ?© Capture d'écran du site : www.norwaytoday.info
Le passeport norvégien pourrait bientôt indiquer un genre neutre

Le Parti travailliste norvégien, formation la plus importante au sein du Parlement, envisage de soutenir l’introduction d’un troisième genre selon la chaîne NRK. Le pays rejoindrait ainsi la Suède qui reconnaît le genre neutre depuis 2015.

Les Norvégiens plus obligés de se définir en tant qu’homme ou femme ? Le comité chargé du programme du Parti travailliste débattra de l’introduction d’un troisième genre à inscrire sur les documents officiels.

Les autorités de la formation politique envisagent sérieusement d’introduire ce point dans leur programme pour la période 2017-2021.

Pour l’instant, cette proposition n’est qu’une ébauche et se situe dans les premières étapes de la réflexion. Cependant, Mani Hussaini, membre du Parti travailliste, a suggéré que son pays suive l’exemple suédois. Stockholm a adopté en avril 2015 le genre neutre. Le nouveau pronom «hen» pourrait donc aussi servir en Norvège d’après Mani Hussaini qui est également chargé de la branche jeunesse de la formation politique. «Je pense que tout le monde devrait être autorisé à vivre selon sa véritable identité et que la loi devrait s’adapter à la réalité et non l’inverse», a-t-il souligné.

Lire aussi : Le premier homme britannique «enceint» dit avoir reçu des menaces de mort

«Je pense par exemple qu'un passeport devrait pouvoir indiquer que son détenteur n’est ni un homme ni une femme mais appartient à une troisième catégorie de sexe, donc "hen"» a-t-il ajouté.

Seconde tentative

Cette idée n’est pas totalement neuve dans le paysage politique norvégien. Les sociaux-libéraux de Venstre avaient proposé l’introduction d’un troisième genre en avril 2016, mais ils n’avaient pas eu le soutien nécessaire.

Chez le voisin suédois, l’adoption du troisième genre ne s’est pas faite sans accrocs. En 2012, le pays a connu un vif débat après qu’un éditeur a décidé de recourir au pronom «hen» dans un livre pour enfant. Pour certains, il n’est pas destiné à remplacer les pronoms marquant le genre, mais permet aux orateurs de se référer à une personne sans avoir à en mentionner le genre s’il ne le savent pas, si la personne est transgenre, ou si l'information est considérée comme non pertinente.

Finalement, en 2015, l’Académie suédoise a donné son accord pour inclure «hen» dans son dictionnaire officiel.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.