Un juge américain interdit à un violeur de 19 ans d'avoir des relations sexuelles «jusqu'au mariage»

Un juge américain interdit à un violeur de 19 ans d'avoir des relations sexuelles «jusqu'au mariage»© GettyImages
La décision d'un juge de l'Idaho à l'encontre d'un violeur de 19 ans le prive de sexe jusqu'à son mariage : une décision difficile à appliquer, selon certains commentateurs

Après avoir violé une jeune fille de 14 ans, Cody Duane Scott Herrera a décidé de plaider coupable. Face au nombre important de partenaires sexuels qu'il avait déjà accumulé malgré son jeune âge, le juge a décidé de le priver de relations sexuelles.

Un juge de l'Etat d'Idaho, aux Etats-Unis, vient de rendre un verdict pour le moins surprenant : interdire à un jeune homme de 19 ans plaidant coupable d'un crime de viol toute activité sexuelle jusqu'au mariage.

En outre, Cody Duane Scott Herrera, qui avait violé une jeune fille de 14 ans, a écopé d'une peine de prison avec sursis et d'une obligation de soin. A l'issue de cette thérapie, qui durera un an, il sera ainsi sous probation et «ne devra entretenir de rapports sexuels avec personne, à moins d'être légalement marié à la personne en question», selon la décision du juge.

Initialement, l'interdiction d'avoir des activités sexuelles était moins sévère, puisqu'elle devait se limiter à une période donnée. Mais, après avoir appris que l'accusé avait déjà eu 34 partenaires sexuelles, le juge a finalement décidé qu'il serait plus sage de conditionner la levée de l'interdiction à un éventuel mariage.

La légalité d'une telle interdiction fait débat. Interrogé par la presse locale, Shaakirrah Sanders, professeur associé de droit à l'Université de l'Idaho, souligne que cette sanction pourrait être illégale, en plus d'être inapplicable. A l'inverse, le procureur du comté de Twin Falls, où ce jugement a été rendu, estime qu'«un juge a tout à fait le droit de contraindre des individus à faire ou à leur interdire de faire quelque chose», citant en exemple les mises à l'épreuve, notamment en ce qui concerne l'alcool.

Lire aussi : «Boire un café à 50 euros tout en recevant une fellation, c’est possible à Genève !»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.