Des ministres de Länder allemands veulent une fermeture temporaire des frontières

Les policiers à la frotière entre l'Allemagne et l'Autriche© Petr Josek Source: Reuters
Les policiers à la frotière entre l'Allemagne et l'Autriche

Les résultats de l’opération de sécurité entourant le sommet du G7 qui s’est tenu en Bavière a étonné tout le monde. Au point que certains députés allemands proposent d’introduire des contrôles plus strictes aux frontières de l’Allemagne.

Près de dix jours après le départ de tous les dirigeants, les strictes mesures de sécurité prises lors du sommet du G7 en Allemagne sont toujours en place, ce qui va à l’encontre des règles européennes sur la libre circulation. En vertu des accords de Schengen, dont on célèbre les 30 ans ce mois-ci, ces mesures violent la libre circulation qui est l’une des quatre libertés fondamentales de l’Union européenne. Mais certains hommes politiques allemand voudraient la supprimer. Parmi eux, le ministre bavarois des Finances Markus Söder et le ministre de l’Intérieur de l’Etat de Saxe Markus Ulbert. Ils demandent la suspension temporaire de l’accord de Schengen car ils sont persuadés que «le renforcement des contrôles aux frontières permettront de mieux garder et d’interpeller les criminels».

«Tout le système de Schengen doit être testé. Malheureusement, la situation s’aggrave à cause du refus de certains pays membres de l’UE d’agir vite pour réguler l’afflux croissant des migrants», a écrit Markus Söder dans une tribune publiée dans l’hebdomadaire Bild am Sonntag.«Si rien ne change en Europe, l’Allemagne devra tester la suspension temporaire des accords de Schengen», a-t-il poursuivi.

Mais leurs motivations pourraient être différentes. Cette mesures leur permettrait d’arrêter les migrants illégaux et les empêcher d’entrer illégalement au pays. Selon les données officielles, l’Allemagne accueille chaque année 200 000 immigrants. Cet afflux a déjà provoqué un regain de tensions dans le pays qui a vu naître le mouvement Pegida, dont le nom veut dire «Patriotes européens contre l’islamisation de l’occident».

Officiellement, l’Allemagne n’a pas prévu de suspendre l’application des accords de Schengen sur la libre circulation mais cela n’empêchera pas la question d’être discutée lors d’une réunion des ministres de l’Intérieur des Länder avant la fin du mois.

Selon les données officielles, l’Allemagne a dépensé 200 millions d’euro en mesures de sécurité pour le 41ème sommet du G7. 19 000 policiers ont été obligés de maintenir l’ordre dans les rues bavaroises. Une clôture de 16km a été déployée tout autour de l’hôtel où les dirigeants des sept pays les plus industrialisés ont passé deux jours. De plus, les autorités bavaroises ont recommandé aux habitants de retirer tout ce qui pouvait être utilisé comme projectile par les protestataires, dont les piles de bois et les pots de fleurs. 

En parallèle, des contrôles sur les frontières terrestres ont été instaurés pour prévenir l’entrée en Allemagne de citoyens violents. Plus de 350 000 personnes ont été arrêtées et fouillées par la police qui en a placé plus de 3 500 en détention. Les autorités ont aussi dénombré plus de 10 000 violations de la loi sur la résidence.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales