Theresa May promet que les Etats-Unis et le Royaume-Uni n'envahiront plus personne

Theresa May promet que les Etats-Unis et le Royaume-Uni n'envahiront plus personne
Attentat à la voiture piégée à Bagdad en Irak le 2 janvier 2017, photo ©Ahmed Saad/Reuters

Premier dirigeant étranger à rencontrer Donald Trump, Theresa May a mis fin à une longue tradition diplomatique en affirmant que la Grande-Bretagne et les Etats-Unis devaient renoncer à toute ingérence dans les affaires de pays souverains.

C'est la fin de la doctrine d'ingérence et d'interventionnisme. Alors que Donald Trump ne veut plus d'Etats-Unis «gendarmes du monde», Theresa May a tiré un trait sur 20 ans de politique étrangère, initiée par l'alors Premier ministre britannique Tony Blair.

«Le temps où la Grande-Bretagne et les Etats-Unis intervenaient dans des pays souverains afin de refaire le monde à [leur] image est fini», a déclaré Theresa May devant une assemblée de membres du Parti républicain à Philadelphie.

Ne pas répéter les «erreurs» du passé

Le Premier ministre britannique, qui a succédé à David Cameron après la victoire du Brexit, a par ailleurs fait profession de foi de ne pas répéter «les erreurs politiques du passé», faisant allusion aux interventions occidentales sous l'égide des Etats-Unis en Irak, à partir des années 1990 et en Afghanistan après le 11 septembre 2001.

Mais, pour autant, Theresa May a rappelé que les deux pays, les Etat-Unis comme le Royaume-Uni, devraient veiller à préserver leurs intérêts, appelant à créer les conditions d'une relance de leur «relation spéciale». «Nous ne pouvons toutefois rester inactifs quand la menace est réelle et quand c'est dans notre intérêt d'intervenir».

Theresa May s'est ensuite rendue à la Maison Blanche, devenant le premier dirigeant étranger à être reçu par Donald Trump. Quelques jours avant sa prestation de serment, ce dernier avait réaffirmé son intention de conclure «rapidement» un accord bilatéral avec le Royaume-Uni, qui dans le même temps est engagé dans une procédure de sortie de l'Union européenne.

Lire aussi : Boris Johnson : le Royaume-Uni doit renoncer au mantra exigeant le départ de Bachar el-Assad

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales