«Vous devriez la fermer» : le conseiller de Trump fustige les médias, CNN répond

«Vous devriez la fermer» : le conseiller de Trump fustige les médias, CNN répond© Joshua Roberts Source: Reuters

Aux Etats-Unis, après l'investiture de Donald Trump, la guerre entre nouvelle administration présidentielle et les médias dominants va bon train. C'est au tour du conseiller de Trump, Steve Bannon, de régler ses comptes. Et ça ne plaît pas à CNN.

«Les médias devraient être vraiment embarrassés et apprendre à la fermer pour prendre le temps d'écouter un peu ce qui se passe autour d'eux.» 

Tels ont été les propos de Steve Bannon, conseiller du président américain Donald Trump qui était interviewé par le New York Times au sujet de l'élection américaine qui a propulsé démocratiquement le magnat de l'immobilier au poste de chef d'Etat.

«Dans ce pays [les Etats-Unis], les médias sont dans l'opposition. Mais ils ne comprennent rien à ce qui s'y passe, ils ne comprennent toujours pas pourquoi Donald Trump a été élu président», a martelé Steve Bannon dans son interview, appelant le monde des médias à plus de neutralité et de prise de conscience.

Bannon, qui a été le producteur exécutif du média Breitbart News, très conservateur et souvent classé à l'extrême droite, a été propulsé au sein de l'administration de Donald Trump en tant que bras droit de ce dernier. Préférant rester dans l'ombre, il n'accorde que très peu d'interviews.

Steve Bannon rappelle ainsi que les grands médias occidentaux ont essuyé un immense revers après avoir quasiment tous misé sur une victoire de Hillary Clinton aux élections présidentielles et que certains d'entre eux avaient finalement du reconnaître leur erreur. Le New York Times, dans une lettre ouverte, a ainsi fait son mea culpa pour n'avoir pas su comprendre le mécontentement d'une partie des Américains et assuré qu'il informerait ses lecteurs de façon plus attentive à l'avenir.

Lire aussi : Apocalypse à la Maison Blanche ? Quand la presse mainstream panique face à l'investiture de Trump

Donald Trump, pour sa part, a déclaré à plusieurs reprises être littéralement «en guerre» contre les médias, martelant que ces derniers étaient composés des personnes «les plus malhonnêtes [qu'il ait] jamais connues». Il avait notamment refusé de répondre à un journaliste de CNN lors d'une conférence de presse, se justifiant en expliquant que le célèbre média propageait de fausses informations. 

Le journaliste de CNN Jake Tapper a souhaité répondre aux propos de Steve Bannon, poursuivant dans la rhétorique anti-Trump. En plein direct le soir du 26 janvier, il a déclaré «le conseiller de Donald Trump qui dit aux médias qu'ils devraient la fermer ? heu, non».

Une telle réaction du journaliste a provoqué des réactions sur les réseaux sociaux. Si certains soutiennent avec enthousiasme Jake Tapper, affirmant qu'il est un modèle pour les journalistes du monde entier et que sa réponse était parfait contre la stupidité :  

Cependant, d'autres twittos ont expliqué que CNN n'était plus crédible du fait de ses positions anti-Trump et des Fake news qu'il véhicule : 

Contrairement au New York Times qui a fait son mea-culpa, CNN a continué à publier des articles qui ont fortement déplus au président américain. Plus tôt au mois de janvier, la chaîne avait affirmé sans vérifier ses sources que le gouvernement russe faisait chanter Donald Trump avec des infirmations sensibles sur sa vie privée et sa situation financière et que Moscou avait des liens étroits avec Trump.

La semaine dernière, le président de CNN a martelé que la crédibilité de son réseau était «plus élevée que jamais», ajoutant que le désaccord de l'administration Trump envers les médias étaient une «grande erreur».

Lire aussi : Vous êtes une chaîne de «fake news» : Donald Trump punit CNN et Buzzfeed

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales