Lors de son discours d'investiture,Trump a assuré que Washington cesserait de dicter sa loi au monde

Le grand jour est enfin arrivé. Le président élu des Etats-Unis Donald Trump a prononcé au Capitole le discours de la cérémonie de son investiture. Malgré une foule en liesse, des milliers de personnes ont néanmoins manifesté leur opposition.

Mise à jour automatique
  • D’après les réseaux sociaux, plusieurs dizaines de milliers de personnes sont attendues le 21 janvier à Washington pour une «Marche des femmes» contre le président Donald Trump. Selon les estimations de ses organisateurs, quelque 200 000 personnes arriveront à 10h (heure locale) sur le National Mall de la capitale fédérale pour y dénoncer le 45ème président des Etats-Unis. 

  • La police de Washington a indiqué avoir procédé à l’arrestation de quelque 200 personnes lors des heurts qui se sont produits entre les manifestants et la police au centre de Washington, peu après l'investiture de Donald Trump.

  • Le nouveau couple présidentiel n'a pas encore tweeté. Mais connaissant Donald Trump, cela ne devrait pas être le cas très longtemps.

  • «Nous rechercherons l'amitié avec tous les pays du monde. Nous ferons cela avec la compréhension que c'est le droit de chaque pays de placer ses intérêts d'abord. Nous n'imposerons pas notre mode de vie mais nous dirigerons plutôt par l'exemple», lance Donald Trump dans son premier discours en tant que président.

  • «Nous allons ramener notre richesse, nous allons ramener nos frontières et nous allons ramener nos rêves», martèle le nouveau président des USA, affirmant sa volonté de «rebâtir le pays avec des travailleurs Américains».

  • Le compte Twitter officiel du président des Etats-Unis a été remis à zéro. Il n'appartient plus à Barack Obama, mais bien à Donald Trump.

  • En France, le maire de Béziers Robert Ménard est à la fête.

  • «L'Amérique d'abord !», lance Donald Trump à la foule.

  • «Les hommes et les femmes oubliés de ce pays ne seront plus oubliés», lance le nouveau président américain.

    «Nous avons défendu les frontières d'autres pays au lieu de défendre les nôtres», lance Donald Trump à l'attention de son prédécesseur. «Une par une, les usines ont été fermées et on quitté notre territoire», ajoute-t-il avant de lancer : «Mais cela c'est du passé, aujourd'hui, nous regardons uniquement vers l'avenir.»

  • «Nous ne transférons pas le pouvoir d'un président à un autre [...] nous le rendons au peuple», déclaré Donald Trump. «Ce moment vous appartient», a-t-il ajouté, déplorant que «pendant trop longtemps, une petite minorité» a bénéficié de la politique menée par le gouvernement. 

Découvrir plus

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales