Poutine et Erdogan discutent gaz et gros sous

Rencontre bilatérale entre Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan Source: RIA NOVOSTI
Rencontre bilatérale entre Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan

Les présidents russe et turc se sont rencontrés à l’occasion des premiers Jeux européens de Bakou afin de discuter sur les relations économiques entre les deux pays, et du gazoduc South Stream en particulier.

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan ont confirmé l’objectif d'atteindre 100 milliards d’euros d'échanges commerciaux, a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov face aux journalistes, samedi, en Azerbaidjan.

Plus tôt dans la journée, les deux présidents se sont entretenus à huis clos en marge de l’ouverture des premiers Jeux européens à Bakou. «Ils ont échangé leurs points de vu  concernant l'ensemble des relations bilatérales dont le développement des échanges commerciaux et ont noté une dynamique positive malgré une insignifiante réduction de volumes en 2014 qui était liée à la crise universelle», a ajouté le porte-parole.

En décembre 2014, suite à l’opposition de l’UE, la Russie a abandonné le projet du gazoduc South Stream qui devait rejoindre l’Europe via l’Ukraine. Moscou a ensuite présenté un nouveau projet, avec un gazoduc passant par la Turquie.

Le nouveau tracé long de 1100 kilomètres reposera au fond de la mer Noire, entre Russie et Turquie.

En savoir plus : Après la Grèce, la Slovaquie envisage d'être reliée au gazoduc russo-turc

Des tensions avaient surgi entre Moscou et Ankara quand Poutine a assisté aux commémorations du 100ème anniversaire du génocide arménien à Erevan en avril dernier. Le président Erdogan avait alors menacé de rappeler son ambassadeur de Russie. Mais il semble que la réunion de ce samedi a apaisé les relations russo-turques

Le dirigeant turc a informé le président Poutine de la situation politique dans son pays et de sa volonté de former un nouveau gouvernement à la suite des élections générales de la semaine précédente. Le 8 juin dernier, l’AKP, le parti au pouvoir, s’est dit prêt à former un gouvernement de coalition après avoir perdu la majorité au parlement pour la première fois depuis 2002.

En savoir plus : Turquie, le parti du président Erdogan a perdu sa majorité absolue

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales