«Vous êtes fous?» : les Moscovites indignés par une fausse pétition pour atomiser l’Amérique

«Vous êtes fous?» : les Moscovites indignés par une fausse pétition pour atomiser l’Amérique
Capture d'écran d'une vidéo de RT

Tandis qu’une majorité d’Américains abordés par un journaliste farceur a signé une pétition bidon en soutien au «plan» d’Obama de lancer une bombe atomique sur la Russie, ce n’est pas le cas dans la Russie où RT a conduit son propre sondage.

«Vous êtes fou», ont répondu de nombreux Russes refusant d’apposer leur signature à une fausse pétition proposant d’envoyer des missiles sur les Etats-Unis.

Autres réactions courantes : «Mon Dieu !», «Vous plaisantez ?» et «Cela ne résout pas le problème, vous comprenez ?».

«Ils peuvent faire un grand nombre de choses, mais cela ne signifie pas que nous devons tirer des missiles et tuer des gens innocents», a dit une femme à RT.

Plus tôt cette semaine, un journaliste américain et farceur Mark Dice avait donné aux habitants de la ville californienne de San Diego la chance de signer une pétition appelant à une frappe nucléaire contre la Russie pour «maintenir la supériorité américaine». La majorité des promeneurs du littoral californien n’ont visiblement pas compris la blague et ont signé la fausse pétition.

Malgré le fait que ni le sondage de RT, ni celui conduit aux Etats-Unis prétendent représenter l’opinion publique en Russie et aux Etats-Unis, de nombreuses personnes ont trouvé que les résultats de l’expérience étaient «troublants», y compris le journaliste lui-même.

En savoir plus : un blagueur convainc les Américains de bombarder Moscou

Récemment, le Pew Research Center a conduit un sondage dans huit Etats membres de l’OTAN, y compris le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie, la Pologne, l’Espagne, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Ses découvertes ont montré que les nations de l’OTAN sont hésitantes quant à la perspective d’un conflit avec la Russie, surtout si l’on en vient aux moyens militaires.

A la question de savoir si leur pays de l’OTAN doit utiliser la force militaire «si la Russie s’engage dans un conflit militaire sérieux avec un de ses pays voisins alliés de l’OTAN», plus de la moitié des Allemands, des Français et des Italiens ont répondu que leur pays ne doit pas prendre les armes.

Selon une enquête portant sur plus de 11 000 sondés, les Américains et les Canadiens sont les seules nations où plus de la moitié des habitants pensent que leur pays doit recourir à la force si la Russie attaque un Etat membre de l’OTAN (56% et 53% respectivement). Les Allemands sont les plus susceptibles de dire «non» à l’engagement militaire.

Un des sondages les plus récents concernant un conflit militaire potentiel entre la Russie et l’Occident conduit en Russie a montré que 31% des Russes craignaient eux-même unes incursion américaine sur leur territoire.

55% des sondés en Russie estiment que leur pays ne sera pas le premier à appuyer sur le bouton rouge, même en cas de guerre avec les Etats-Unis et l’OTAN. Seulement 7% ont dit que c’était possible dans un sondage publié en mai par le Centre Levada, un institut sociologique indépendant de la capitale russe.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»