L'ONU se distancie d'un scandale de corruption touchant la famille de Ban Ki-Moon

- Avec AFP

L'ONU se distancie d'un scandale de corruption touchant la famille de Ban Ki-Moon© Lucas Jackson
L'ancien secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon

Les chefs d'accusation pour corruption visant des membres de la famille de l'ancien secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon ne concernent pas l'ONU, a affirmé le porte-parole de l'organisation le 11 janvier.

Un frère et un neveu de l'ancien secrétaire général, qui a quitté ses fonctions le 31 décembre 2016, ont été inculpés le 10 janvier à New York pour des faits de corruption d'un responsable du Moyen-Orient. L'affaire concernerait un immeuble au Vietnam, selon un document consulté par l'AFP.

«Les inculpations prononcées ne concernent pas les Nations unies et je ne les commenterai pas», a affirmé le porte-parole de l'ONU, Stephane Dujarric.

Ban Joo-Hyun et son père, Ban Ki-Sang, sont soupçonnés d'avoir versé, entre mars 2013 et mai 2015, des pots de vin à un intermédiaire afin de convaincre les autorités d'une monarchie du Moyen-Orient dont le nom n'est pas révélé, d'acheter cet immeuble par le biais d'un fonds souverain.

Les deux hommes ont aussi essayé de rencontrer les dirigeants de cette monarchie à New York lors d'une l'Assemblée générale de l'ONU.

Quand ces informations avaient commencé à être ébrutées, Ban Ki-Moon avait dit à l'époque qu'il n'était «pas au courant des activités de son neveu».

L'immeuble était la propriété du groupe sud-coréen Keangnam, dont Ban Ki-Sang était l'un des dirigeants et qui s'était retrouvé acculé à devoir le vendre pour sortir de problèmes de trésorerie.

Les Nations unies avaient déjà été touchées par un scandale l'an dernier lorsqu'un ancien président de l'Assemblée générale, John Ashe, avait été inculpé pour avoir accepté plus d'un million de dollars de pots-de-vin d'un réseau chinois. John Ashe est décédé fin juin 2016 d'une crise cardiaque.  

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales