San Escobar : un ministre polonais explique avoir discuté avec un pays... qui n'existe pas

San Escobar : un ministre polonais explique avoir discuté avec un pays... qui n'existe pas© Agencja Gazeta Source: Reuters
Le ministre polonais des affaires étrangères a discuté avec un pays imaginaire
Suivez RT France surTelegram

Alors qu'il négociait l'adhésion de la Pologne au Conseil de sécurité de l'ONU, un ministre polonais a déclaré devant les médias qu'il discutait avec San Escobar. Problème, ce pays n'existe pas.

Le ministre des Affaires étrangères polonais, Witold Waszczykowski, était à New York pour discuter de l’adhésion de la Pologne au Conseil de sécurité des Nations Unies. Il a rencontré dans cette optique le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, et a discuté avec les représentants d’autres pays. Jusque-là, rien qui ne sorte vraiment de l'ordinaire. 

«Nous avons l’opportunité d’avoir une vingtaine de rendez-vous avec différents ministres. Avec quelques pays des Caraïbes, peut-être pour la première fois dans l’histoire de notre diplomatie». Il ne croyait pas si bien dire, puisqu'il a cité comme exemple «Bélize et... San Escobar».

La déclaration du ministre a laissé beaucoup de monde perplexe, San Escobar n'évoquant rien, même pour les observateurs avertis. Pas un pays en tout état de cause. 

Une porte-parole du ministre tentera bien de venir à sa rescousse, expliquant qu’il voulait en fait parler de Saint Kitts et Nevis, dont le nom espagnol est San Cristobal y Nieves. Trop tard pour la crédibilité du ministre, les internautes se ruant sur telle bourde comme des croyants sur du pain béni.

Un compte Twitter au nom du pays sorti de l'imagination du ministre a vu le jour, lui adressant des messages pleins d'humour : «Après des discussion avec le ministre Witold Waszczykowski, la république de San Escobar supporte la candidature de la Pologne au Conseil de sécurité.» 

La République de San Escobar a par ailleurs annoncé que les Polonais n'auront plus besoin de visa pour entrer dans le pays. 

La proximité du nom avec celui de Pablo Escobar, le célèbre trafiquant de cocaïne colombien, n'est pas passée inaperçu. Pour des internautes, il mérite sa place sur les billets du pays.

Une radio polonaise, est allée jusqu'à interpréter l'hymne national de San Escobar.

Lire aussi : Pour François Fillon, l'Allemagne de l'est et de l'ouest ne sont toujours pas réunifiées !

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix