Une loi en échange d'articles complaisants ? Netanyahou soupçonné de nouveaux faits de corruption

Une loi en échange d'articles complaisants ? Netanyahou soupçonné de nouveaux faits de corruption© POOL Source: Reuters
Benjamin Netanyahou

Selon Haaretz, l'emblématique quotidien israélien Yediot Aharonot aurait négocié avec Benjamin Netanyahou des articles écrit par des journalistes complaisants en échange de mesures affaiblissant son principal concurrent : le journal Israel Hayom.

Deux conversations entre le Premier ministre israélien et Arnon Mozes, le propriétaire du Yediot Arahonot, qui attesteraient de négociations visant à couvrir favorablement des actions politiques de Benjamin Netanyahou, fait scandale en Israël. Selon Haaretz, ces discussions auraient même été enregistrées.

Lire aussi : Benjamin Netanyahou devrait être interrogé par la police dans une affaire de corruption présumée

En échange d'un traitement complaisant, Arnon Mozes aurait demandé à ce qu'une loi soit votée afin que son principal concurrent, Israel Hayom, ne soit plus distribué gratuitement. L'occasion de permettre au Yediot Arahonot de redresser ses finances. Ce journal, détenu par le milliardaire américain Sheldon Adelson, est connu pour être très favorable au Premier ministre israélien.

Néanmoins, l'accord n'aurait pas été respecté par Benjamin Netanyahou qui s'était engagé à modifier le statut du Israel Hayom après les élections législatives de 2015. 

Le chef de l'exécutif israélien fait déjà l'objet d'une enquête pour corruption. Il aurait reçu des cadeaux de la part d'hommes d'affaires, pour une valeur de plusieurs dizaines de milliers de dollars. Des accusations qu'il a niées en bloc lors de son interrogatoire. 

Âgé de 67 ans, le Premier ministre israélien est à la tête du gouvernement depuis 2009, après un premier mandat accompli entre 1996 et 1999. Il a passé plus de dix ans au pouvoir et pourrait battre le record de longévité de l'historique David Ben Gourion, fondateur de l'Etat d'Israël, si l'actuelle législature allait à son terme, soit novembre 2019. Si la justice israélienne reconnaissait Benjamin Netanyahou coupable des chefs d'accusation retenus contre lui, de nouvelles élections seraient alors organisées.

Lire aussi : Israël : la police a interrogé Benjamin Netanyahou, soupçonné de corruption

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales