Le chef de la CIA évoque l'«espoir irréaliste» d'exporter la démocratie lors du Printemps arabe

Le chef de la CIA évoque l'«espoir irréaliste» d'exporter la démocratie lors du Printemps arabe Source: Reuters
Le chef de la CIA s'est livré à un rare exercice d'auto-critique, à propos de politique de Washington au Moyen-Orient.

John Brennan a estimé que l'objectif d'importer la démocratie occidentale au Moyen-Orient relevait d'une «conception naïve», et que les Printemps arabes avaient été un terreau fertile pour l'essor du terrorisme dans la région.

«Washington et une partie de son administration nourrissaient des espoirs extrêmement irréalistes en croyant que le Printemps arabe permettrait d'en finir avec les régimes autoritaires et que la démocratie fleurirait par le bon vouloir du peuple». Tel est le diagnostic sans appel formulé par le directeur de la CIA, John Brennan, dans un entretien qu'il a accordé à CNN et diffusé lundi 9 janvier. 

Alors qu'il avait déjà admis quelques mois plus tôt que les soulèvements dans les pays arabes au début des années 2010 avaient pavé la voie au développement du terrorisme et de l'islamisme radical, John Brennan est revenu sur son analyse de la situation dans le monde arabe afin de la compléter. Selon lui, les «symptômes du problème» que constituent la violence et les attentats ne doivent pas occulter les éléments de fonds, essentiels à la compréhension de ce qui se passe actuellement dans la région. 

Selon lui, croire que la démocratie telle qu'elle est conçue aux Etats-Unis ou en Europe puisse être exportée et prendre racine dans d'autres terreaux politico-culturels serait une «conception naïve» de la géopolitique. Expliquant que les habitants du Moyen-Orient, pour la plupart, réclamaient «la liberté pour eux-mêmes, leur communauté ou leur tribu», il a estimé que «la démocratie en tant que concept n'[était] pas ancrée dans les mœurs et les cultures de ces pays». C'est, d'après lui, cette différence fondamentale qui explique la tournure inattendue des Printemps arabes. 

«Si nous avions su ce qu'était Daesh, nous n'aurions pas agi comme nous l'avons fait»

Allant jusqu'à se montrer critique envers la politique conduite par les Etats-Unis au Moyen-Orient, John Brennan a expliqué que celle-ci était en grande partie responsable du chaos actuel dans la région. En cela, il s'est inscrit dans la même ligne que Barack Obama, dont le départ de la Maison blanche coïncidera d'ailleurs avec son propre départ de la CIA. Le président avait déjà affirmé regretter de n'avoir pas «anticipé l'après-intervention en Libye», allant même jusqu'à parler de «sa plus grande erreur». John Brennan lui, a formulé le même jugement à propos de l'Irak.

L'Histoire aurait été différente si les troupes américaines ne s'étaient pas retirées subitement d'Irak en 2011

Il a avancé une double raison à cela. La première est, selon lui, l'invasion de l'Irak en 2003 hors du cadre de l'ONU, dans laquelle il voit «la cause de l'enlisement du pays dans la violence et du bain de sang dans lequel est plongé cette région du monde». La seconde, non moins importante selon ses estimations, est le retrait précipité et des Etats-Unis hors du pays en 2011. «L'Histoire aurait été différente si les troupes américaines ne s'étaient pas retirées subitement», a-t-il déclaré, précisant que cela avait permis l'essor des groupuscules terroristes sur le terrain. 

Reconnaissant le lien direct existant entre le développement rapide de l'Etat islamique et les interventions américaines en Irak, le chef de la CIA est allé encore plus loin dans l'expression de ses regrets. «Si nous avions su ce que nous savons aujourd'hui à propos de Daesh et de ses capacités, notamment sur sa faculté à bouleverser les équilibres de force de l'Irak jusqu'en Syrie, aurions-nous agi de la même manière? Probablement pas», a-t-il ainsi admis.

Sur le dossier syrien également, John Brennan s'est livré à une auto-critique. Selon lui, les Etats-Unis auraient dû fournir «davantage d'aide à l'Armée syrienne libre, plus tôt, à l'époque où le régime syrien était plus faible». Il affirme que la suite du conflit aurait été différente si «les acteurs internationaux» s'étaient coordonnés pour soutenir l'opposition aux prémices de son émergence sur le terrain. Il a toutefois concédé qu'une telle stratégie comportait des risques de voir se former «un mélange électrique de mouvements laïcs et extrémistes». «Soutenir aveuglément l'opposition et fournir des armes à tour de bras en Syrie aurait peut-être pu avoir des conséquences pires que celle que nous connaissons aujourd'hui», a-t-il indiqué.

Lire aussi: «La Libye après Kadhafi est «un genre de gâchis» : Obama regrette d'avoir trop compté sur les alliés»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales