«Roquettes modérées ?» : des obus explosent près de la délégation française à l'aéroport d'Alep

«Roquettes modérées ?» : des obus explosent près de la délégation française à l'aéroport d'Alep© George Ourfalian Source: AFP
La délégation française a-t-elle été délibérément ciblée par les rebelles syriens ?

Trois députés français, qui se sont rendus en Syrie en solidarité avec les chrétiens locaux à l'occasion du Noël orthodoxe, ont vu des roquettes s'abattre à 200 mètres d'eux alors qu'ils s'apprêtaient à décoller pour rejoindre Damas.

Thierry Mariani (LR), Nicolas Dhuicq (LR) et Jean Lassalle (MoDem) ont eu une belle frayeur le 7 janvier lorsque, se trouvant à Alep, plusieurs tirs de roquette se sont abattus à proximité d'eux, sur le tarmac et autour de l'aéroport.

Les trois députés, qui devaient s'envoler pour Damas, ont dû patienter plusieurs heures, le temps d'une riposte de l'armée arabe syrienne, avant que la situation ne rentre dans l'ordre, rapporte un envoyé spécial de la radio RTL.

L'avion de la délégation, dont toutes les lumières avaient été éteintes par mesure de précaution, a finalement pu décoller.

Sur Twitter, les parlementaires ont rapporté leur mésaventure.

«Tout le monde va bien. Mais pourquoi avoir eu peur, puisque cela venait de la zone [contrôlée par l’organisation] #FatehAlSham, les gentils modérés ?», a publié Thierry Mariani juste après l’incident.

«Huit roquettes modérées ?», s'est quant à lui demandé ironiquement Nicolas Dhuicq, attribuant les tirs à l'ancien Front al-Nosra, rebaptisé Front Fatah al-Cham, un groupe djihadiste lié à Al-Qaïda.

Lire aussi : Thierry Mariani, Nicolas Dhuicq et Jean Lassalle fêtent le noël orthodoxe avec les chrétiens d'Alep

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.