«L’Allemagne doit rester l’Allemagne» : une politique migratoire stricte en préparation en Bavière

«L’Allemagne doit rester l’Allemagne» : une politique migratoire stricte en préparation en Bavière© Leonhard Foeger Source: Reuters
Des migrants en Europe

Une charte appelant à limiter l'immigration en Allemagne et des conditions d'accueil plus rigoureuses pour les réfugiés serait en cours de rédaction par le Premier ministre bavarois.

Le Premier ministre bavarois et président de l'Union chrétienne-sociale (CSU) de Bavière, Horst Seehofer, préparerait un programme intitulé L’Allemagne doit rester l’Allemagne. Le document doit être publié le 10 janvier selon le journal local Münchner Merkur.

La charte qui présente la position de la CSU sur les défis migratoires de l’Allemagne et de l’UE a été rédigé principalement par Horst Seehofer mais contient également un nombre de propositions de la part d'autres ministres bavarois et de responsables du gouvernement, révèle le journal.

Malgré les appels à mettre en place des limitations migratoires et des contrôles plus stricts aux frontières extérieures de l’UE, le programme se référerait néanmoins à l’engagement de la CSU à accueillir dans le pays ceux qui en ont le plus besoin. «Accepter ceux qui ont besoin de protection est une exigence chrétienne et une responsabilité humanitaire», prétend Münchner Merkur.

L’Allemagne doit mener une politique migratoire assortie d'une «tolérance zéro envers la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme», dit le programme, à en croire le journal. Horst Seehofer se prononcerait également pour «un acte africain» avec l’Union européenne ayant pour but d’aider les Etats qui subissent des problèmes à l’extérieur de l’UE et d’établir des centres pour réfugiés dans des pays tiers.

«Seul l’accord entre l’UE et la Turquie a abouti à l’allégement des frontières extérieures de l’UE en Grèce. Reste que de tels accords avec des pays tiers ne peuvent être liés à des sujets inappropriés, tels qu'une adhésion à l’UE ou un régime d'exemption de visa», indiquerait la charte, dans un clin d'oeil à la Turquie.

Le programme appellerait également à une politique de réunification familiale mais le droit à vivre dans l’UE devra être «gagné» par les migrants eux-mêmes. De plus, les migrants les plus âgés ne recevront que des allocations limitées, étant donné qu’ils ont passé la plupart de leur vie professionnelle à l’extérieur de l’UE, selon les révélations de Münchner Merkur.

Le document réitère l’idée controversée de plafonner le nombre de migrants accueillis à 200 000 par an. Horst Seehofer souhaiterait voir les autres Etats membres adopter des mesures similaires.

La politique migratoire est la principale source de tensions entre Horst Seehofer d'une part et son allié Angela Merkel et son parti l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) d'autre part. Les deux politiciens doivent tenir un sommet en février pour se réconcilier et lancer conjointement une campagne pour les élections parlementaires qui auront lieu en septembre 2017.

Lire aussi : Merkel : quand le tsunami migratoire ravage la cote de popularité (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales