Agence antidopage russe : les déclarations sur une «conspiration» ont été déformées

Agence antidopage russe : les déclarations sur une «conspiration» ont été déformées Source: Reuters

Moscou déclare que la Russie a toujours nié l’implication de l’Etat et d'organes gouvernementaux dans l’affaire de dopage des athlètes russes et que le New York Times a déformé les paroles du chef de l'agence antidopage.

«En réponse à l’article du New York Times, l’agence antidopage russe déclare que les paroles de la directrice générale Anna Antseliovich ont été déformées et sorties de leur contexte. Lors de l'interview de cette dernière avec la journaliste Rebecca Ruiz, il a été remarqué que, dans le rapport publié le 9 décembre, Richard Mclaren avait renoncé aux mots «système gouvernemental du dopage» et utilisé l'expression «conspiration institutionnelle», excluant l’implication possible des élites dirigeantes du pays», lit-on dans un communiqué de l’agence antidopage russe (RUSADA).

«Mais Rebecca Ruiz a sorti ces mots de leur contexte et donné l’impression que la direction de l’agence antidopage russe confirmait l’existence d'un système institutionnel du dopage en Russie», poursuit l'agence.

Le rapport évoque l'existence d'«une conspiration institutionnelle» mise en place avec la participation du ministère des Sports, de l'agence russe antidopage et du laboratoire antidopage de Moscou et avec l'aide du FSB, et concernant plus de 1 000 athlètes dans 30 disciplines.

Lire aussi : Ministère russe des Sports : aucun programme étatique de dopage, tolérance zéro pour les fraudeurs

Le ministre russe des Sports, Vitali Moutko, avait déclaré à l'agence TASS le 9 décembre, juste après la publication du rapport, que les accusations de «conspiration institutionnelle» n'étaient pas étayées de preuves.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.