Le manque de carburant à l'origine du crash de l'avion qui a tué 19 footballeurs de Chapecoense ?

Le manque de carburant à l'origine du crash de l'avion qui a tué 19 footballeurs de Chapecoense ? Source: Reuters
Une mauvaise gestion humaine à l'origine du drame ?

L'avion de la compagnie bolivienne LaMia, qui s'est écrasé fin novembre en Colombie, faisant 71 morts, dont 19 footballeurs du club brésilien Chapecoense, aurait manqué de carburant, selon les résultats préliminaires de l'enquête.

Une mauvaise gestion du réservoir à l’origine du drame ? A en croire les premières conclusions de l’enquête de l’Aviation civile colombienne sur le crash de l’avion de la compagnie LaMia du 28 novembre et présenté le 26 décembre à Bogota, c’est bien possible. Les pilotes «étaient conscients des limitations de carburant qu'ils devaient prendre en compte et qui n'était pas suffisant», a déclaré le secrétaire de la sécurité de l'Aviation civile colombienne, le colonel Freddy Bonilla, lors d'une conférence de presse.

Étrangement, ils n'en ont cependant pas informé les autorités aéronautiques colombiennes. Le signalement d’urgence n’est intervenu que sept minutes avant que l’engin ne percute le flanc d’une montagne des environs de Medellin, ville de l’ouest colombien rendue célèbre par le trafiquant de cocaïne Pablo Escobar.

Erreur humaine ? 

Au départ, le pilote ainsi que son co-pilote auraient pensé atterrir à à Bogota ou à Leticia (sud) du fait de la «limite de carburant». Mais d’après Freddy Bonilla, ils n’ont fait aucune demande en ce sens.

«A ce jour, nous n'avons aucune preuve montrant qu'un facteur technique ait causé l'accident, tout est lié à un facteur humain et de gestion», a-t-il ajouté, précisant qu'en outre l'avion était en excès de poids de près de 500 kilogrammes, mais que cela n'avait pas été «déterminant» dans l'accident.

Le soir du 28 novembre 2016 à à 21H53, l'un des moteurs du vol 2933 de LaMia Airlines s'est arrêté. Trois minutes plus tard, les quatre ont cessé de fonctionner. A 21H57, l’état d’urgence a été déclaré par l’équipage qui a informé d’une «panne électrique totale» et d’un manque de carburant. C’est à ce moment que l’engin a disparu des radars. Une minute plus tard, le commandant a demandé à atterrir en urgence et l’avion est descendu à 9 000 pieds soit approximativement 1 000 pieds en dessous de l'altitude minimale requise pour la zone.

Il s’est écrasé sur le flanc d’une montagne de Cerro Gordo à environ 50 kilomètres de Medellin, à 21H58 coûtant la vie à 71 personnes.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales