Selon Jean-Claude Juncker, «l'ouverture est le meilleur moyen de lutter contre le terrorisme»

Selon Jean-Claude Juncker, «l'ouverture est le meilleur moyen de lutter contre le terrorisme»© THIERRY CHARLIER Source: AFP
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker

Moins d'une semaine après l'attaque meurtrière du marché de Noël de Berlin, le président de la Commission européenne a jugé que les valeurs de liberté et d'ouverture des Etats de l'UE étaient leur meilleure arme de prévention contre les attentats.

Pour le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, la solution à la vague d'attaques terroristes sans précédent qui frappe le continent européen est simple : l'ouverture à l'autre. «Nos valeurs, notre façon de vivre ensemble en liberté et notre ouverture sont nos meilleurs moyens de lutter contre le terrorisme», a en effet déclaré samedi 24 décembre le haut responsable européen cité par la presse allemande.

Quelques jours après l'attentat de Berlin commis par un Tunisien ayant débarqué en 2011 sur l'île italienne de Lampedusa, le Luxembourgeois a tenu à réaffirmer son soutien aux politiques d'accueil des migrants : «L'Europe doit continuer à offrir un abris aux personnes qui fuient des zones de guerres», a-t-il plaidé, en opposant cette idée à la «rhétorique d'exclusion» de certains hommes politiques européens.

Un certain nombre d'internautes ont réagi durement à ces propos de Jean-Claude Juncker sur le menace terroriste et la politique d'«ouverture» de l'Europe. Scandalisé, l'un d'entre eux a par exemple lancé sur Twitter : «Juncker est un fou dangereux».

«Juncker est fou et met les gens en danger», a  tweeté un autre utilisateur du réseau social.

Un appel à l'ouverture des frontières, quelques jours après un attentat commis par un Tunisien

Lundi 19 décembre, un jeune ressortissant tunisien du nom d'Anis Amri a tué 12 personnes sur le marché de Noël de la capitale allemande, avant de parvenir à prendre la fuite en France puis en Italie sans être arrêté. Il a finalement été abattu par la police à Milan, le vendredi 23 décembre.

A l'issue de cette attaque meurtrière, les remises en cause de la politique migratoire de la chancelière allemande Angela Merkel (qui a permis l'entrée de plus d'un million de migrants dans son pays en 2015) avaient fusé sur les réseaux sociaux. De nombreux internautes avaient même appelé à la démission de la chef du gouvernement.

Lire aussi : Anis Amri : un ministre de Hambourg a bloqué l'avis de recherche pour éviter la stigmatisation

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales