Un policier texan accusé d’abus de pouvoir sur une jeune afro-américaine démissionne

Capture d'écran d'une vidéo de YouTube
Capture d'écran d'une vidéo de YouTube

Eric Casebolt, officier de police faisant face à des plaintes pour avoir jeté à terre une jeune noire et menacé de son pistolet d’autres adolescents a déposé sa démission aux forces de police de McKinney (Texas, Etats-Unis).

«Nos politiques, notre entraînement, notre pratique ne cautionnent pas ses actions», a dit le chef de la police de McKinney Greg Conley en conférence de presse, qualifiant les actes de Casebolt d’«indéfendables».

Il a ajouté que l’agent a «démissionné de son propre gré» sans pression quelconque du département de la police, mais que l’enquête sur les accusations présentées contre lui va se poursuivre. L’enquête a été ouverte suite à la publication le 5 juin d’une vidéo filmée par un des adolescents qui montrait la conduite violente de Casebolt envers ses amis afro-américains et mexicains.

Le Fraternal Order of Police de McKinney, une association de policiers locaux, a insisté dans une déclaration que cet incident n’était de nature raciste. L’union a en plus précisé qu’elle ne condamnait pas l’utilisation de «gros mots» par les policiers envers les adolescents ou les adultes.

Cependant, d’après The Guardian, l’incident avec les adolescents n’est pas la première fois que Casebolt s’est vu accuser d’emploi excessif de la force. En 2008, un détenu nommé Albert Brown, emprisonné pour trafic de drogue, a porté plainte pour violations de ses droits civils contre cinq officiers de police de McKinney, dont Casebolt. Il l’a accusé de «perquisitions et saisies injustifiées, abus de pouvoir, discrimination raciale et animosité injustifiée».

La plainte n’a d’ailleurs pas abouti à une condamnation, et en 2009, McKinney a été nommé «patrouilleur de l’année» de McKinney.

En savoir plus : Ras-le-bol des violences policières aux Etats-Unis (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales