Agenda chargé pour le voyage de Poutine en Italie : l'Expo de Milan, le Pape et ce bon vieux Silvio

Le pavillon russe à l'Expo-2015 image prise sur http://russia2015.com
Le pavillon russe à l'Expo-2015 image prise sur http://russia2015.com

Les visites de Vladimir Poutine en Europe se font rares. Mais il est aujourd’hui en Italie, pour négocier avec plusieurs hauts fonctionnaires italiens, visiter l'Expo 2015 et rencontrer le Pape.

Ce déplacement en Italie arrive juste après la réunion du G7 en Allemagne, qui s’est tenue sans la Russie, et deux semaines avant la réunion des ministres de l’Union européenne où l’on discutera de l’extension possible des sanctions occidentales contre la Russie à cause du conflit en Ukraine.

Rome est assez sceptique à propos de la politique de sanctions, assurant qu’elles font autant de mal à la Russie qu’à ses partenaires européens. L’Italie est parmi les pays les plus pénalisés par la confrontation géopolitique de ces deux dernières années, avant laquelle elle entretenait de très bons rapports avec la Russie. Il y a d'autres pays en Europe qui partagent le point de vue italien – tels que l’Autriche, la Grèce et la Hongrie – et qui ne sont pas convaincus de la nécessité de renforcer ou même de maintenir les sanctions.

En savoir plus : Vladimir Poutine : «La Russie ne pourrait attaquer l’OTAN que dans le rêve d’un fou»

La visite de Poutine a commencé par un arrêt à l’Expo-2015 à Milan. Le président y a rendu hommage au grand pavillon de la Russie et rencontré le Premier ministre italien Matteo Renzi. Il se rendra également à la capitale pour s’entretenir avec le président italien Sergio Mattarella et faire une escale au Vatican.

Le Pape François recevra pour la deuxième fois Vladimir Poutine. Les deux hommes, dans un monde en mutation rapide, ont des préoccupations communes sur le plan des valeurs et sur les persécutions des chrétiens à travers le monde. Le dirigeant russe aura l’occasion de présenter son point de vue sur la crise ukrainienne à chacun de ses interlocuteurs.

Le programme de Vladimir Poutine finira par une visite chez l'ancien Premier ministre italien Silvio Berlusconi, banni de la politique et assigné à résidence sur ordre du tribunal saisi au sujet de ses malversations financières présumées. Poutine a maintenu des liens avec l’ancien dirigeant italien malgré la dégradation de son image, affirmant que l’amitié qu’ils partagent ne dépend pas des circonstances politiques.

Le président russe Vladimir Poutine et l'ex-Premier ministre italien Silvio Berlusconi Source: Reuters
Le président russe Vladimir Poutine et l'ex-Premier ministre italien Silvio Berlusconi

Certains médias considèrent la visite de Poutine en Italie comme une sorte d’offensive diplomatique à la veille du prochain sommet ministériel de l’UE. Il y a quelques jours, le leader russe a donné une interview détaillée au journal Corriere della Sera dans laquelle il explique que les actions de la Russie décrites par les dirigeants occidentaux comme agressives et hostiles peinent pourtant à protéger les intérêts de la Russie des atteintes occidentales. L’Italie, de toute évidence, est l’un des pays européens sur lequel la Russie compte pour aider à torpiller les tentatives des pays baltes et de la Pologne de renforcer la politique des sanctions contre Moscou.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales