Les courriels de John Podesta piratés à cause d'une «faute de frappe»

Les courriels de John Podesta piratés à cause d'une «faute de frappe» © Brendan Smialowski Source: AFP
John Podesta

Un proverbe dit «l'erreur est humaine». En l’occurrence, selon les informations du New York Times, une simple «faute de frappe» serait à la source de l'Emailgate et de la révélation de milliers de documents confidentiels du parti démocrate.

Le journal américain The New York Times a affirmé le 13 décembre avoir découvert l'origine de l'Emailgate et révélé comment des hackers auraient mis la main sur la messagerie informatique de John Podesta.

Selon le quotidien new-yorkais, John Podesta, directeur de la campagne présidentielle de la candidate démocrate Hillary Clinton, a reçu le 19 mars 2016 un email semblant provenir de Google lui annonçant que quelqu’un avait essayé de pirater son compte Gmail.

Le courriel lui demandant de changer son mot de passe, un des assistants de John Podesta, qui suspectait une tentative de phishing (hameçonnage), a alors demandé l'avis d'un autre assistant.

Ce dernier, prénommé Charles Delavan, lui a répondu par mail qu'il s'agissait d'un «courriel légitime» et que John Podesta devait «changer son mot de passe immédiatement».  

Las. Charles Delavan savait très bien qu'il s'agissait d'une tentative d'hameçonnage. Au lieu d'écrire «courriel illégitime», l'assistant a tout simplement commis... une faute de frappe. Une erreur qui a livré aux hackeurs l’intégralité de la messagerie (60 000 mails) de John Podesta.

Charles Delavan a affirmé au New York Times que le Comité national démocrate avait reçu des douzaines de mails similaires essayant d'accéder aux messageries. L'hameçonnage est une technique utilisée par les hackeurs pour se faire passer pour un tiers, pénétrer dans le système informatique de la cible et s'emparer de ses données. 

En octobre 2016, WikiLeaks a publié des dizaines de milliers d'emails provenant de la boîte mail de John Podesta, ce qui a perturbé le déroulement de la campagne électorale américaine en révélant plusieurs scandales liée à Hillary Clinton, la candidate démocrate. 

Lire aussi : La principale agence de renseignement désavoue les conclusions de la CIA sur l'ingérence russe

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»