Mali : des djihadistes attaquent une prison et libèrent une cinquantaine de prisonniers

- Avec AFP

Mali : des djihadistes attaquent une prison et libèrent une cinquantaine de prisonniers © Global Look Press
Des soldats maliens en entraînement

La prison de la ville malienne de Niono a été prise d'assaut par des présumés djihadistes dans une attaque qui aurait eu pour objectif de libérer des prisonniers. Le Mali est toujours en proie aux agissements terroristes de groupes liés à Al-Qaïda.

«Ils ont gravement blessé deux membres de la garde nationale, avant de libérer au moins 47 prisonniers, dont un combattant djihadiste», a expliqué le 6 décembre à l'AFP un responsable de la mairie de la ville de Niono dans le centre du Mali. Selon cet élu local, les assaillants djihadistes avaient été vus trois semaines auparavant aux environs de la prison.

«Certains djihadistes portaient des tenues militaires, d'autres des boubous. Ils criaient "Allah akbar !" Ils étaient très bien informés. Ils savaient même exactement où se trouvait leur frère d'armes arrêté récemment», a par ailleurs précisé une source policière à l'AFP.

Cette attaque intervient près d'un mois après un assaut similaire à Banamba, à environ 140 kilomètres au nord-est de Bamako. Des hommes armés avaient pris d'assaut la prison de la localité, libérant une vingtaine de détenus, attaquant au passage la gendarmerie et une banque.

Le nord du Mali est tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda. Ces groupes en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire internationale toujours en cours. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères. Depuis 2015, les attaques se sont étendues du nord du Mali à d'autres régions du pays.

Lire aussi : Une mission militaire européenne attaquée à Bamako, AQMI revendique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales