Ecolo ou anti-immigration ? L’Autriche élit son nouveau président

Ecolo ou anti-immigration ? L’Autriche élit son nouveau président© Leonhard Foeger Source: Reuters

Après l’annulation des résultats des votes du mois de mai, 6,4 millions d'Autrichiens élisent leur président. Ils doivent choisir entre le candidat des Verts, Alexander Van der Bellen, et le leader du parti anti-immigration FPÖ, Norbert Hofer.

Mise à jour automatique
  • Le parti FPÖ a reconnu la défaite de son candidat Norbert Hofer dimanche soir dans la course à la présidentielle autrichienne, netttement remportée selon les projections par l'écologiste Alexander Van der Bellen.

    «Je souhaite féliciter M. Van der Bellen pour ce succès», a déclaré le secrétaire général du Parti de la liberté, Herbert Kickl, à la télévision publique. M. Van der Bellen est crédité de 53,6% des voix, selon les premières projections.

  • Le directeur de campagne de Norbert Hofer reconnaît la victoire du candidat écologiste Alexander Van der Bellen.

  • L'abstention dans les provinces rurales, qui avaient massivement soutenu Norbert Hofer lors du premier voter, donnerait un avantage à son rival écologiste. «Il faudrait un miracle dans les villes», estime ce journaliste autrichien, pour que Norbert Hofer rattrape son retard.

    Les centres ruraux avaient plutôt voté pour Alexander Van der Bellen lors du premier vote.

  • Selon un premier sondage, le candidat écologiste Alexander Van der Bellen battrait le candidat de droite Norbert Hofer avec 53,6% des voix.

Découvrir plus

La majorité des bureaux de vote ont ouvert à 7h (heure locale). Le scrutin sera clos à 17h, heure à partir de laquelle seront publiées les premières estimations. Mais les résultats ne seront pas annoncés avant le dépouillement complet des votes par correspondance très prisé en Autriche, le 5 décembre. Quelque 6,4 millions d’électeurs sont appelés aux urnes.

Bien que le rôle du chef de l'Etat autrichien soit essentiellement protocolaire, l’Autriche devra trancher. Le Tribunal constitutionnel autrichien a ordonné l'annulation des résultats des présidentielles du 22 mai 2016 en raison d’irrégularités de procédure. Le 22 mai 2016, le candidat, Alexander Van der Bellen, l'avait emporté avec 50,3% des suffrages, tandis que son rival, le chef du parti de droite anti-immigration, Norbert Hofer, n'en avait obtenu que 49,7%. 31 000 voix seulement séparaient les deux candidats. 

Une victoire de Norbert Hofer, qui a essentiellement axé sa campagne sur la crise migratoire en Europe et qui touche particulièrement l'Autriche, constituerait un nouveau coup de semonce pour l'establishment européen et les partis traditionnels.

Un effet «Trump» sur l'élection autrichienne ?

L'élection surprise du candidat Républicain à l'élection présidentielle des Etats-Unis, Donald Trump, joue en la faveur de Norbert Hofer, selon l'intéressé. «Dans chaque pays où les élites s'éloignent de leurs électeurs, ces élites sont expulsées par la voie des urnes», a affirmé le candidat du FPÖ à l'agence Reuters, en présentant la victoire du milliardaire américain comme la traduction du rejet par le peuple de ses élites politiques.

Anti-élites politiques, Norbert Hofer réfute néanmoins catégoriquement l'étiquette «d'extrême droite», que lui accolent la plupart des médias. Interrogé dimanche par RT, l'Autrichien a en effet affirmé être «de droite», mais pas d'extrême droite. «Je suis d'une droite du centre et si vous comparez les discours prononcés par les membres du gouvernement autrichien et les miens, vous verrez que je ne suis pas plus à droite que ceux-ci», a-t-il insisté.

Norbert Hofer, un candidat contre l'immigration économique et l'intégration européenne

L'un des chevaux de bataille du champion du FPÖ est d'interdire l'accès des «migrants économiques» au territoire autrichien, ceux-ci étant en mesure, selon lui, de «détruire le système social» du pays. Un projet en mesure de parler à de nombreux électeurs : avec l'Allemagne et la Suède, l'Autriche fait en effet partie des pays européens les plus touchés par la crise migratoire frappant le continent.

Le candidat à la présidentielle se distingue également de son adversaire écologiste par un discours très critique vis-à-vis de l'intégration européenne. Dans un entretien à la BBC de fin novembre, il avait par exemple estimé qu'il serait pertinent d'organiser un référendum sur la sortie de l'Autriche de l'Union européenne (UE) en cas de «renforcement de la centralisation de l'UE» à l'issue du Brexit.

En savoir plus : Corbyn appelle le centre et la gauche à rejeter l’establishment pour ne pas perdre les élections

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Qui est pour vous le principal fossoyeur de la gauche en 2017 ?

Résultats du sondage