Duterte aurait été invité à la Maison blanche après son premier coup de téléphone à Trump

Duterte aurait été invité à la Maison blanche après son premier coup de téléphone à Trump© Manman Dejeto, TY Wright / AFP
Le dirigeant des Philippines Rodrigo Duterte et le président élu des Etats-Unis Donald Trump sont tous les deux réputés pour leur franc parler. Et le courant semble bien passer.

Le président des Philippines, Rodrigo Duterte, qui ne tarissait pas de noms d’oiseaux pour évoquer Barack Obama, s’est dit confiant quant à l’avenir des relations avec Washington, après s’être entretenu avec le nouveau président élu américain.

«Encourageant», c’est le mot qu’a choisi le dirigeant philippin pour décrire son premier coup de téléphone avec le nouveau président élu des Etats-Unis, qui devrait le recevoir à Washington après avoir pris ses fonctions le 20 janvier 2017, a révélé Christopher Go, le conseiller de Rodrigo Duterte.

«J’ai pu sentir une bonne entente, un président élu, Trump, animé», a déclaré le président des Philippines dans un communiqué cité par l’agence de presse Reuters le 3 décembre.

Il a ensuite assuré que son homologue l’avait encouragé dans sa controversée lutte contre les trafiquants de drogue : «Il a été tout à fait sensible à nos problèmes avec la drogue. Et il m’a souhaité de réussir […] dans ma campagne de lutte, et il a dit que […] nous la menons en tant que nation souveraine, avec la bonne méthode.»

Les déclarations de Rodrigo Duterte, qui avait promis durant sa campagne d'éliminer des milliers de criminels pour éradiquer le trafic de drogue, appelant la police et les civils à tuer les consommateurs, lui avaient valu de très nombreuses critiques au plan internationale et notamment de la part de l’actuel président américain, Barack Obama.

Alors que les Philippines et les Etats-Unis sont liés depuis des années par une alliance militaire, les tirades prononcées ces derniers mois par Rodrigo Duterte à l'encontre de son homologue américain ont fait planer de sérieux doues sur l’avenir des relations entre les deux Etats. Réputé pour son franc parler, le Philippin avait en effet qualifié Barack Obama de «fils de p*te».

Toutefois, après la victoire de Donald Trump aux élections présidentielles de novembre 2016, il s’était montré plus chaleureux, se disant confiant que son «ami» et «allié» respecterait les accords qui lient les deux pays.

Lire aussi : «J’ai un ami qui a plein d’armes» : l'impétueux leader philippin Duterte se confie à RT (EXCLUSIF)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.