Démantèlement d'un réseau «tentaculaire» de blanchiment d'argent entre l'Europe et le Maroc

Démantèlement d'un réseau «tentaculaire» de blanchiment d'argent entre l'Europe et le Maroc Source: Reuters

D'une ampleur sans précédent, un système bancaire parallèle vient d'être découvert et mis à bas par les enquêteurs européens. Au total, il aurait servi à blanchir plus de 400 millions d'euros issus du trafic de drogue.

Les enquêteurs européens ont annoncé le démantèlement d'un vaste système bancaire parallèle, décrit comme «un réseau tentaculaire de blanchiment d'argent de la drogue». Les pays concernés sont la France, le Maroc, la Belgique et les Pays-Bas.

Réunis à l'occasion d'une conférence de presse ce mardi 29 novembre à Marseille (Bouches-du-Rhône), des magistrats et policiers ayant participé à l'enquête ont évoqué une «affaire hors normes», puisque près de 75 millions d'euros ont été blanchis en France grâce à ce réseau entre août 2015 et novembre 2016. A l'échelle internationale, les estimations «portent ces opérations de blanchiment à près de 400 millions d'euros sur les quatre dernières années».

«Je travaille depuis seize ans à Europol et je n'ai jamais vu quelque chose comme ça», rapporte à l'AFP un spécialiste missionné pour l'enquête. Rien que dans l'hexagone, l'affaire a conduit à 20 mises en examen et 18 mandats de dépôt. En Europe, pas moins de 50 individus ont été arrêtés. 

Si l'ampleur du réseau est impressionnante, ce type de système est bien connu des enquêteurs sous le nom de «Hawala» (nom arabe désignant un système de paiement parallèle). Il s'agit de fragmenter la chaîne par laquelle transite l'argent, à l'aide de collecteurs et de convoyeurs, afin de permettre aux trafiquants d'utiliser les revenus issus de la vente de la drogue sans se faire repérer.

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a salué le travail des «investigations remarquables qui ont permis la neutralisation de ce réseau particulièrement actif».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales