Patiner sur des poissons morts ? Une attraction japonaise fait scandale (PHOTOS)

Patiner sur des poissons morts ? Une attraction japonaise fait scandale (PHOTOS)© Capture d'écran du compte Twitter @AssaadRazzouk
La «décoration» choisie par le parc japonais n'a pas été du goût de tous

Une patinoire du parc Space World situé à Kitakyushu, dans le sud-ouest du Japon, a été forcé de fermer le 27 novembre. Les internautes s’étaient indignés que des poissons morts aient été emprisonnés sous la glace comme… décoration.

«Irrespect pour la vie», «manque de moralité», «cruel», ou encore «bizarre». Les critiques se sont littéralement abattues sur le web concernant la patinoire du parc Space World de Kitakyushu. D’abord prévue pour être ouverte jusqu’au printemps, elle a fermé ses portes le 27 novembre devant la pression.

Il faut dire que l’idée déco de cette saison était pour le moins… surprenante. Selon les médias locaux, environ 5 000 poissons achetés dans un marché local ont été figés dans la glace de la patinoire. Détail morbide, certains ont été placés là avec la bouche encore ouverte…

En plus de se retrouver prisonniers de la glace, les pauvres poissons ont été disposés de manière à former un «bonjour» ou des flèches censés accueillir les patineurs et les aiguiller. Après un reportage diffusé à la télévision, la page Facebook de Space World a été inondée de commentaires négatifs et d’appels à la fermeture.

La direction se défend

Visiblement, Space World n’avait pas le moins du monde anticipé le bad buzz. Le site web de l’attraction promettait même aux utilisateurs de «glisser à travers l’océan», vantant le caractère inédit du concept. «Nous nous excusons sincèrement auprès de tous ceux qui se sont sentis offensés par notre événement», a déclaré un responsable cité par le Japan Times.

Et la direction du parc semble vouloir faire les choses en grand pour se faire pardonner. Un porte-parole cité par le Asahi Shimbun a évoqué la possibilité d’ériger un mémorial pour les poissons l’année prochaine. Il s’est également défendu soulignant qu'ils étaient déjà morts lorsqu’ils les ont achetés.

Lire aussi : Nus et en sang : manifestation contre la vente de fourrures d’animaux à Madrid

«Des rumeurs ont circulé sur internet comme quoi les poissons ont été gelés vivants mais ce n’était pas le cas», a ajouté le porte-parole avant de regretter de ne pas avoir «mieux expliqué» la situation.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales