Avant la présidence Trump, Kerry tente d'arracher un accord à Moscou pour sauver les rebelles d'Alep

Avant la présidence Trump, Kerry tente d'arracher un accord à Moscou pour sauver les rebelles d'Alep Source: Sputnik
Vladimir Poutine et John Kerry

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a intensifié ses contacts avec la Russie concernant la Syrie, a confirmé Moscou, afin de conclure une cessation des hostilités à Alep avant l'investiture de Donald Trump, plus favorable à Bachar el-Assad.

L'information selon laquelle les efforts diplomatiques américains envers la Russie à propos de l'épineux dossier syrien, et plus précisément la reconquête d'Alep par l'armée arabe syrienne, a été publiée par le Washington Post. Le journal relève qu'une présidence de Donald Trump serait bien plus favorable à Damas, ce qui inciterait l'actuel secrétaire d'Etat a intensifier les tractations afin de pouvoir arracher un accord avant janvier 2017.

Youri Ushakov, conseiller du président russe, a confirmé que Sergueï Lavrov avait été bien plus sollicité qu'à son habitude par son homologue américain concernant la Syrie.

«Cet [effort] pourrait être qualifié d'incroyable, étant donné qu'il n'y a jamais eu autant d'appels entre le secrétaire d'Etat et le ministre des Affaires étrangères russe portant sur une seule problématique : la Syrie», a indiqué Youri Ushakov, qui s'est néanmoins gardé de se prononcer sur les progrès effectués sur cette thématique.

Le journaliste du Washington Post Josh Rogin cite quatre responsables américains anonymes proches du dossier, affirmant que John Kerry souhaiterait verrouiller un cessez-le-feu à Alep en séparant l'opposition prétendument «modérée» des groupes terroristes tels que Fatah al-Sham, plus connu sous son ancien nom de Front al-Nosra. La Turquie, l'Arabie Saoudite, le Qatar et même l'Iran, auraient été approchés afin de participer à l'accord.

«Les représentants s'accordent à dire que John Kerry est frustré de ne pas s'être encore vu donner le pouvoir par la Maison Blanche pour peser de façon significative contre Bachar el-Assad ou la Russie, le plaçant ainsi dans une position de faiblesse pour la négociation. La perspective de l'élection d'Hillary Clinton à la présidence lui avait donné une certaine marge de manœuvre, étant donné qu'il était attendu qu'elle mène une politique plus belliciste envers la Syrie», a écrit Josh Rogin.

Lire aussi : Assad voit en Trump un «allié naturel si les Etats-Unis combattent les terroristes au lieu de les protéger»

Une impatience loin d'être partagée par Damas et Moscou

Néanmoins, les récents progrès significatifs de l'armée arabe syrienne dans la libération des quartiers d'Alep-Est occupés risquent de saper les efforts de la diplomatique américaine. Les forces loyalistes auraient bien peu d'intérêt à accepter une trêve, qui permettrait à leurs ennemis de se regrouper et de panser leurs plaies, avant de lancer une contre-offensive.

De plus, l'administration de Vladimir Poutine ne semble pas pressée de conclure un accord, au vu du peu d'entrain des responsables américains concernant la distinction entre terroristes et «rebelles modérés», qui a mené à l'échec de la trêve conclue en septembre.

Mais c'est surtout la présidence Trump qu'attendent les diplomates russes. «Nous allons patienter que cette équipe prenne place, équipe avec qui nous sommes impatients d'entamer d'intenses discussions», a indiqué Youri Ushakov.

Ancienne capitale économique de la Syrie et aujourd'hui bastion de l'opposition au président syrien, la ville d'Alep est le théâtre de combats meurtriers depuis 2012. Jusqu'à présent, tous les efforts diplomatiques et négociations entre les différentes forces en présence n'ont pu aboutir durablement.

Lire aussi : Moscou présente de nouvelles preuves de l’utilisation de gaz moutarde contre les civils à Alep

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage