Santiago Sanchez Ramirez, le faux sniper espagnol qui risque neuf ans de prison

Santiago Sanchez Ramirez, le faux sniper espagnol qui risque neuf ans de prison© Arnd Wiegmann Source: Reuters

Santiago Sanchez Ramirez postait des vidéos sur les réseaux sociaux mettant en scène l'assassinat de personnalités publiques. Il pourrait être condamné pour possession d'arme de guerre.

Les procureurs réclament neuf ans de prison contre Santiago Sanchez Ramirez, un Espagnol qui filmait à l'aide d'une caméra télescopique des personnalités – le Roi, des footballeurs ou encore Mariano Rajoy – sur lesquelles il plaçait une cible. Les vidéos, dont l'une d'elle est titrée : «Le jour où j'aurais pu assassiner le Roi» ont été mises en ligne sur les réseaux sociaux.

Selon les procureurs, les vidéos ont été éditées avec professionnalisme et «soulèvent de manière convaincante la possibilité de tentatives d'assassinat contre des personnalités publiques [...] suggérant que de tels actes sont facilement réalisables».

«Je voulais les avertir des sérieuses failles de sécurité qui existent en Espagne et leur dire qu'un loup solitaire djihadiste pourrait en profiter pour attaquer» s'est-il justifié, avant de conclure : «Mais personne n'y a prêté attention.» 

La police a arrêté Sanchez en juillet 2014, elle a trouvé des armes factices à son domicile, mais les armes visibles dans ses vidéos – cinq fusils dont un fusil d'assaut et cinq pistolets – seraient bien réelles. Si Sanchez est reconnu coupable de possession d'arme de guerre, il risque une peine de neuf ans de prison et une interdiction de permis de port d'arme de dix ans.

Il assure de son côté que toutes les armes ont été acquises légalement et que son unique objectif était de dénoncer les failles de sécurité. Il explique qu'il a à de nombreuses reprises essayé d'en informer la police, les hommes politiques et les services de renseignement.

Lire aussi : Quatre recruteurs djihadistes présumés arrêtés par la police espagnole à Ceuta

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.