La Turquie se préparerait à acheter des missiles S-400 à la Russie

La Turquie se préparerait à acheter des missiles S-400 à la Russie© Sergei Karpukhin Source: Reuters

Après plusieurs années de convoitise, Ankara a décidé d'investir dans le système de missiles antiaériens russe ultra puissant S-400. La Turquie veut ainsi mener à son terme son projet national de défense.

Porte-parole du président turc, Ibrahim Kalyn, a déclaré que Moscou et Ankara allaient travailler sur les détails d'une possible coopération sur la création du projet national turc de systèmes de défense antimissile. Cette question avait déjà été examinée en octobre dernier par le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan.

«Nous sommes en train de négocier le projet des S-400, non seulement avec la Russie, mais également avec d'autres pays qui possèdent des systèmes de défense similaires. Actuellement, la position de la Russie sur cette question est positive. Nous espérons que les pays membres de l'OTAN prendront ce projet au sérieux et que notre système sera compatible avec les exigences de l'Alliance. En aucun cas, nous ne rejetons la proposition de Moscou et travaillons activement à la réalisation de notre but, posséder ces systèmes de défense sur notre territoire», a déclaré le ministre de la Défense turc, Fikri Isik, lors d'une intervention sur la chaîne de télévision russe NTV.

La Turquie s'était déjà intéressée aux systèmes de missiles S-400 en 2009. Cependant, les négociations avaient été suspendues.

A la fin de l'année 2015 Ankara avait fait connaître son intention d'acheter un système anti-missile franco-italien SAMP-T, dont les propriétés se rapprochent sensiblement de celles du S-400. Mais là encore, un accord n'avait pu être trouvé.

Le système de missiles antiaériens russe S-400 Triumph à grande et moyenne portée est entré en service en 2007. Le système est capable d’abattre tout hélicoptère ou missile se déplaçant à des vitesses jusqu’à 4,8 kilomètres par seconde (près de 17 000 km/h). La seule cible que le système ne pourrait pas abattre est un missile balistique intercontinental, qui vole à la vitesse de 6-7 kilomètres par seconde.

Lire aussi : Syrie : «A n’importe quel moment il peut y avoir un dérapage»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales