Julian Assange pourrait demander à Donald Trump de le gracier

Julian Assange pourrait demander à Donald Trump de le gracier© Peter Nicholls Source: Reuters

Les avocats de Julian Assange envisagent de demander à Donald Trump de mettre fin aux poursuites engagées contre le fondateur de WikiLeaks. Ils espèrent également que la Suède mettra un terme à l'enquête sur l'agression sexuelle qu'on lui impute.

L'administration Obama a ouvert une enquête et entamé des poursuites contre WikiLeaks en 2010, à la suite de la publication de documents concernant les guerres en Irak et en Afghanistan fournis par Bradley Manning. Elle considère que ces révélations ont mis en danger l'ensemble des soldats engagés dans ces conflits, américains comme alliés.

L'avocate de Julian Assange, Jennifer Robinson, a affirmé «avoir demandé à maintes reprises que l'enquête soit close car non seulement elle viole le Premier amendement [de la Constitution américaine] mais elle est aussi un frein à la liberté d'expression et d'information». Elle a ensuite expliqué qu'elle avait bien l'intention de discuter de l'affaire avec l'administration Trump : «Nous communiquions avec l'administration Obama et nous continuerons à le faire avec les prochaines administrations, jusqu'à ce que l'enquête soit close.»

Les supporters de WikiLeaks ont inondé les réseaux sociaux après la victoire du magnat de l'immobilier à l'élection présidentielle, lui demandant de gracier l'Australien, fondateur du site lanceur d'alertes.

Ce n'est pas la seule affaire que doit affronter Julian Assange depuis qu'il est devenu un personnage public. La Suède demande son extradition depuis novembre 2010, en raison d'une plainte déposée par deux femmes qui l'ont accusé d'agression sexuelle.

Les accusations initiales ont été abandonnées après l'expiration du délai de prescription, mais celles de viol sont valides jusqu'en 2020 et pourraient lui valoir une peine allant jusqu'à six ans de prison.

Julian Assange nie les faits et évoque des relations sexuelles consenties, ce que confirment les deux victimes présumées. Elles affirment cependant qu'il aurait retiré son préservatif, ce qui constitue selon le droit suédois un délit de «sexe par surprise».

L'audition de Julian Assange sur ces accusations, s'est déroulée le 15 novembre à l'ambassade d'Equateur à Londres où il est réfugié depuis quatre ans.

«Le résultat sera transmis ultérieurement par écrit par l'Equateur aux procureurs suédois. Quand le procès-verbal aura été dressé, les procureurs arrêteront une position sur la poursuite de l'enquête préliminaire», ont expliqué les autorités suédoises.

Les avocats de Julian Assange espèrent que la Suède mettra un terme à l'affaire à la suite de cette audition.

A lire aussi : Séance cocooning à Londres pour Julian Assange, de nouveau visité par Pamela Anderson !

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage