Donald Trump renonce à son salaire de président, mais pas au mur à la frontière mexicaine

Donald Trump renonce à son salaire de président, mais pas au mur à la frontière mexicaine Source: Reuters

Donald Trump a donné sa première interview depuis son élection. Il a notamment affirmé qu'il ne toucherait pas son salaire de président, qu'il ne s'en prendrait pas au mariage homosexuel et qu'il construirait bien un mur à la frontière mexicaine.

Dans une interview diffusée dimanche 13 novembre sur la chaîne CBS, le président élu Donald Trump a tenu à se montrer rassurant : si certaines des mesures qu'il avait annoncées durant sa campagne ont été réaffirmées, il s'est montré plus ouvert au compromis sur d'autres thèmes. 

Première annonce symbolique : Donald Trump ne percevra pas son salaire de 400 000 dollars annuels. «Je crois que la loi m'oblige à accepter un dollar, donc je toucherai un dollar par an, mais je n'accepterai pas de rémunération», a-t-il déclaré. 

Sur les sujets sociétaux, Donald Trump a vigoureusement répété qu'il nommerait à la Cour Suprême des juges conservateurs, et donc opposés à l'avortement et à la limitation du port d'armes. «Je suis pro-life, et les juges seront pro-life», a-t-il déclaré, tout en précisant qu'il appartenait, selon lui, à chaque Etat de statuer. Il a également ajouté : «Ils seront très favorables au deuxième amendement», qui garantit le droit constitutionnel de chaque individu à s'armer. Concernant le mariage homosexuel, la Cour suprême a déjà tranché en juin 2015, déclarant celui-ci conforme à la constitution de 1787. «C'est la loi, cela me convient», a réagi Donald Trump. 

Le futur président s'est toutefois montré curieusement ouvert au compromis concernant l'Obamacare, le système d'assurance maladie mis en place par son prédécesseur. Alors qu'il avait répété à l'envi vouloir le supprimer lorsqu'il était encore candidat à la Maison Blanche, il a cette fois évoqué des dispositions qui pourraient être conservées. «Le fait que les enfants puissent continuer à être pris en charge par l'assurance de leurs parents jusqu'à 26 ans, voilà quelque chose que nous allons tenter de conserver», a-t-il notamment précisé.

Sur la question des immigrés clandestins, dont le nombre est évalué à 11 millions aux Etats-Unis, le futur président est revenu à une ligne plus dure. «Ce que nous allons faire, c’est attraper les criminels, ainsi que tous ceux qui ont un casier judiciaire, qui appartiennent à des gangs, qui sont des trafiquants de drogue, deux ou trois millions de personnes peut-être, et nous allons les sortir du pays. Ils sont ici illégalement», a-t-il ainsi affirmé. 

Donald Trump s'est aussi montré inflexible sur la question de la frontière mexicaine. Posant sa sécurisation comme préalable à toute expulsion de clandestins, il a répété qu'il ferait bien construire un mur de 1 600 kilomètres. «A certains endroits, ce pourra être une barrière, mais à d'autres, un mur est plus approprié», a-t-il déclaré, avant d'ajouter avec une pointe d'humour : «Je suis doué pour ça. Ca s'appelle de la construction, et c'est mon boulot.»

Tout au long de l'entretien, Donald Trump a cherché à se poser en rassembleur. Il a tenu à réagir aux épisodes de violences qui ont eu lieu ces derniers jours un peu partout sur la côté ouest des Etats-Unis, en réaction à son élection : «N’ayez pas peur. Nous allons remettre notre pays sur pieds», a-t-il lancé en fixant la caméra.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales