Suisse : la mosquée d'un imam appelant au meurtre suspendue par l'organisme dont elle dépend

Suisse : la mosquée d'un imam appelant au meurtre suspendue par l'organisme dont elle dépend© ODD ANDERSEN Source: AFP
(Photographie d'illustration)

L'association des mosquées de la région de Zurich a suspendu le centre cultuel où un imam éthiopien a été arrêté, la semaine dernière, après avoir appelé lors d'un prêche à l'assassinat des musulmans non pratiquants.

La fédération des organisations islamiques de Zurich ne tolère pas les appels à la haine et l'a fait savoir, le 6 novembre, en annonçant la suspension de la mosquée où prêchait un imam interpellé, le 2 novembre, pour avoir appelé à la haine et à la violence.

Dans une interview accordée au journal suisse SonntagsZeitung, le président de cette organisme qui représente prsque tous les lieux de cultes islamiques du canton de Zurich, Mahmoud El Guindi, a fait savoir que les propos sulfureux de l'imam de la mosquée An'Nur, dans la ville de Winterthour (à proximité de Zurich), «rentraient en contradiction avec l'adhésion aux lois suisses et à la démocratie».

Malgré ce constat, le président de la fédération a préféré opter pour une suspension temporaire de la mosquée An'Nur plutôt qu'à son exclusion définitive. «Il s'agit d'un avertissement ; tout le monde a droit à une seconde chance. Nous sommes une communauté religieuse, non une cour de justice», a expliqué le responsable associatif.

Les autorités suisses, quant à elles, ont interpellé l'imam de nationalité éthiopienne pour «incitation publique au crime et à la violence», le 2 novembre, après un prêche au cours duquel il avait prôné le meurtre des musulmans qui refusent de «participer aux prières communes dans la mosquée».

La mosquée An'Nur avait, en outre, défrayé à de nombreuses reprises la chronique pour des prêches radicaux.

Lire aussi : Pour une majorité de Suisses, l'islam n'a pas sa place dans leur pays

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales