Donetsk : des tirs perdus à l'origine de l'explosion d'une usine de produits chimiques (VIDEO)

Dimanche matin, une puissante explosion venant d'une usine de produits chimiques a secoué la ville de Donetsk. Mais il est difficile de dire s'il s'agit d'une erreur de l'artillerie de Kiev ou si cette usine était la cible des loyalistes.

Un député ukrainien, Boris Filatov, a félicité les forces gouvernementales d’avoir atteint une cible mais il a également prétendu que les soldats « ne savaient pas où ils ont tiré ».

L’explosion s’est faite entendre à 10h50 locales dimanche. Les pouvoirs locaux ont annoncé que l'usine chimique DKZHI à vocation militaire avait été la cible de tirs d’artillerie de l'armée ukrainienne.

Les fenêtres des maisons des résidents, qui habitent à proximité, ont été brisées par l’onde de choc et alors que nombreux sont ceux qui ont senti le sol vibrer, indique RIA Novosti. Même les habitants de villes voisines disent qu’ils ont senti le sol vibrer.

« L’épicentre de l’explosion était près de DKZHI », a écrit le coprésident du Front du Peuple anti-Kiev Konstantin Dolgov sur sa page Facebook. L’usine est connue pour la production des produits chimiques utilisés pour les explosifs industriels, les munitions et les obus d’artillerie. Ce n’est pas la première fois que l’usine a été prise pour cible par Kiev. Elle a été frappée par des roquettes d'artillerie en septembre en novembre.

Les forces rebelles n’ont pas confirmé immédiatement s’il y avait des morts parmi les miliciens et les civils. Mais pour elles, le feu qui a pris après l’explosion ne représente aucune menace de dispersion de produits chimiques, ce qui est une cause d'inquiétude parce que l’usine utilise des composés toxiques pour produire des explosifs.

Les troupes gouvernementales ukrainiennes ont déployé des lance-roquettes multiples Smerch (BM-30 Tornado) pour effectuer les bombardements d’une partie de la ville, a déclaré Boris Filatov. Selon lui, les hommes qui ont tiré « ne savaient pas exactement sur quoi ils ont tiré parce qu’ils s’orientaient aux coordonnés ».

Auparavant, un homme politique ukrainien d'extrême droite et commandant des forces paramilitaires Dmytro Iaroch, qui est engagé aux côtés de Kiev dans l’opération militaire dans le sud-est de l’Ukraine, a confirmé sur sa page Facebook que l’explosion avait été causée par des tirs ukrainiens.

Iaroch, qui est recherché par Interpol pour incitation au terrorisme, a été élu à la Rada [parlement ukrainien] en octobre 2014. Il a joué un rôle clé lors des protestations du Maïdan, qui ont conduit à la destitution du gouvernement de Viktor Yanukovitch en février 2014. Lors des élections présidentielles anticipées en mai 2014, le leader du Secteur droit a recueilli moins d’un pour cent des voix.

Les bombardements des régions contrôlées par les rebelles, y compris de la ville de Donetsk, ont été constatés tous les jours, alors que les deux parties s’accusent mutuellement d'être é l'origine des violences. Ces bombardements aveugles des zones résidentielles par Kiev, avec parfois l’utilisation d'armes interdites, ont été confirmés même par Washington l’allié le plus fidèle du gouvernement ukrainien.

John McCain, président de la Commission des forces armées du Sénat, a dit que Kiev avait utilisé des bombes à sous-munitions et affirme que cela est arrivé parce que les troupes ukrainiennes ne disposaient pas d’armes meilleures.

Des informations de Donetsk sont semblables au dernier rapport du renseignement allemand qui estime que les pertes réelles dans la guerre civile ukrainienne se montent à 50 000 morts (civils et militaires). Un chiffre 10 fois moins élevé que celui avancé par Kiev.

Un sommet pourrait se tenir mercredi à Kiev au format Normandie pour tenter de mettre fin aux hostilités dans le sud-est de l'Ukraine. C'est ce qu'a annoncé le gouvernement allemand après une conférence téléphonique entre le président russe Vladimir Poutine, le président ukrainien Petro Porochenko, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande.

 

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales