«Email gate» : le FBI pourrait rouvrir l'enquête contre Hillary Clinton

«Email gate» : le FBI pourrait rouvrir l'enquête contre Hillary Clinton
Photo ©Brian Snyder/Reuters

Le directeur du FBI James Comey a annoncé à plusieurs membres du Congrès des Etats-Unis que l'enquête allait reprendre à la suite de la découverte de nouveaux emails. Pour Donald Trump, c'est peut-être une planche de salut inespérée.

Le FBI a annoncé qu'il allait rouvrir l'enquête sur l'utilisation d'un serveur et d'une adresse mail privés par la candidate à la présidence alors qu'elle était secrétaire d'Etat : «Dans le cadre d'une autre affaire, le FBI a appris l'existence d'emails qui paraissent pertinents», a ainsi indiqué James Comey à des membres du Congrès.

«Il va de soi que le FBI doit procéder avec méthode dans son enquête afin de déterminer si ces courriers électroniques comportent des informations classifiées», a-t-il ajouté, sans préciser toutefois s'il s'agissait d'emails pris parmi les milliers que le site lanceur d'alerte Wikileaks a promis de publier jusqu'au 8 novembre 2016, date de l'élection.

Selon le New York Times, les mails auraient toutefois été découverts après la saisie par l'agence fédérale des appareils électroniques appartenant à une assistante d'Hillary Clinton, du nom de Huma Abedin et de son mari, Anthony Weiner.

La route vers l'élection présidentielle américaine semblait n'être plus qu'une promenade de santé pour Hillary Clinton, laquelle avait creusé l'écart dans les sondages avec son concurrent Donald Trump. Seulement voilà, les révélations de la correspondance électronique de la candidate continuent d'empoisonner la vie de l'équipe de campagne du Parti démocrate. En juillet 2016, le FBI décidait d'abandonner les poursuites contre Hillary Clinton pour son utilisation d'une boîte mail privée dans le cadre de ses fonctions officielles et se contentait d'admonester la candidate pour sa «négligence extrême».

Divine surprise pour Donald Trump ?

Aussi, à seulement 11 jours de la date du scrutin, le coup de théâtre pourrait donner un second souffle à Donald Trump, lequel accuse le coup dans les enquêtes d'opinion, distancé de plus de quatre points par son adversaire démocrate.

Le candidat républicain, apprenant la nouvelle juste avant un meeting, s'est ainsi félicité de la réouverture de procédures à l'encontre d'Hillary Clinton qu'il qualifie régulièrement d'«escroc» et de «criminelle».

Dénonçant la «corruption» de son adversaire, et voyant dans la réouverture de l'enquête du FBI une occasion d'empêcher le «crime organisé» d'accéder à la Maison Blanche, Donald Trump s'est félicité d'une «opportunité de réparer une grave erreur judiciaire». «En fin de compte, peut-être que justice sera faite», a-t-il lancé devant son public.

Lire aussi : Round 2 : les meilleures punch(lines) du second débat Trump-Clinton

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales