La justice nord-irlandaise rejette un recours contre le Brexit

- Avec AFP

La justice nord-irlandaise rejette un recours contre le Brexit Source: Reuters
Un poste-frontière parodique entre l'Irlande et le Royaume Uni mis en place par les opposants au Brexit pendant la campagne sur le référendum du 23 juin 2016

Plusieurs actions en justice ont été lancées au Royaume-Uni pour bloquer ou entraver la rupture avec l'Union européenne. Des opposants au Brexit craignent que la sortie de l'UE puisse remette en cause les accords de paix du Vendredi Saint de 1998.

La Haute cour de justice d'Irlande du Nord a rejeté le vendredi 28 octobre un recours contre le Brexit déposé par des opposants à la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Les juges nord-irlandais, qui ont examiné le dossier début octobre, sont les premiers à se prononcer sur un tel recours. 

Le juge Paul Maguire a estimé que les implications pour l'Irlande du Nord étaient encore incertaines, alors que le processus de négociation doit prendre plusieurs années. «Au vu de tous les aspects évoqués, la cour rejette les recours», a-t-il déclaré.

Paul Maguire a néanmoins souligné : «Le vent du changement va souffler mais sa direction précise n'est pas encore déterminée donc il y a une incertitude, comme l'a prouvée la discussion sur la façon dont la frontière nord-irlandaise avec l'Irlande sera affectée par un retrait de l'UE.»

Les plaignants avaient fait valoir qu'un Brexit compromettrait les fragiles accords de paix dits du Vendredi Saint signés en 1998 après des décennies de violences armées entre les diverses factions indépendantistes de l'IRA (Armée républicaine irlandaise) et les partisans de l'union avec la Grande-Bretagne. Les opposants à la sortie de l'UE avaient également souligné que la décision concernant le Brexit devait être soumise à l'approbation du parlement régional.

Lire aussi : Le niveau de la menace terroriste venant d'Irlande du Nord élevé de «modéré» à «réel»

Le premier ministre britannique Theresa May a annoncé qu'il enclencherait l'article 50 du Traité de Lisbonne, préalable aux négociations qui doivent durer deux ans maximum, pour la sortie du Royaume-Uni de l'UE. Theresa May a affirmé que la mise en œuvre de l'article 50 est une prérogative de l'exécutif ne requérant en aucun cas l'approbation du parlement britannique ou des parlements régionaux.

Lire aussi : Irlande : l'IRA-Continuité revendique la fusillade meurtrière à Dublin

Les Nord-Irlandais ont voté à 56% pour rester dans le giron européen lors du référendum du 23 juin. La principale formation politique en Irlande du Nord, le Parti unioniste démocrate, a néanmoins mené campagne pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Dans l'ensemble du pays, 52% des Britanniques ont voté en faveur du Brexit. 

Lire aussi : Le parlement britannique privé de vote sur le Brexit, selon la porte-parole de Theresa May

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales