La toile britannique s'enflamme au passage de navires militaires russes dans la Manche

La toile britannique s'enflamme au passage de navires militaires russes dans la Manche© Periscope BBC

La flottille russe a traversé la Manche pour se rendre en Méditerranée, en renfort aux troupes déjà présentes en Syrie. Les clichés des navires ont déclenché de nombreuses réactions sur le web, tantôt affolées, tantôt amusées.

Ce vendredi 21 octobre, une flottille russe, notamment composée du porte-avion Amiral Kouznetsov et du croiseur de bataille Pierre le Grand, a longé les côtes britanniques au large de la ville de Kent. Les navires de guerre faisaient route vers la Méditerranée, où ils devaient apporter du renfort aux troupes russes engagées dans la bataille pour la libération d'Alep.

Selon le site du Telegraph, le secrétaire britannique à la Défense, sir Michael Fallon, a déclaré que ce déploiement avait pour objectif de «tester les capacités de défense du Royaume-Uni». Il a ensuite précisé que le destroyer type 45 HMS Richmond avait quitté Portsmouth plus tôt mardi, afin d'escorter les navires russes «chaque millimètre du chemin» depuis la mer de Norvège.

Alors que des images des bâtiments navals russes circulent sur la toile, les internautes n'ont pas manqué de réagir. Certains rappellent que cette traversée «coïncide avec le jour de la bataille de Trafalgar», croyant y déceler en ce jour fameux pour l'histoire navale du Royaume-Uni.

Certains médias, à grand renfort de montages photos pour le moins sans équivoque, s'affolent de voir les navires russes «approcher à UN KILOMÈTRE du Royaume-Uni.»

D'autres internautes rappellent que cette manœuvre n'a rien d'exceptionnel et ironisent : «Comme si cela n'était jamais arrivé auparavant...»

Le Royaume-Uni est agité par de violents débats concernant la guerre en Syrie, sur fond de suspicion à l'égard du pouvoir russe. La Première ministre, Theresa May, a déclaré jeudi 20 octobre dernier, vouloir une «position européenne forte face à l'agression russe» à son arrivée au premier sommet à Bruxelles, dans le contexte délicat des conséquences du Brexit.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.