Blocage des comptes de RT au Royaume-Uni : la banque revient sur sa position

Margarita Simonyan, rédactrice en chef de RT, a annoncé que tous les comptes bancaires de la chaîne RT seraient bloqués au Royaume-Uni. Face au tollé, la NatWest, filiale de RBS a rouvert la discussion et a annoncé qu'elle «réévaluait la situation».

Quelques heures après avoir annoncé le blocage des comptes de RT, la banque NatWest, qui fait partie du groupe bancaire Royal Bank Scotland (RBS) est revenue sur sa décision et précisé, dans un communiqué adressé à la chaîne, que «cette décision n'[avait] pas été prise de façon légère», et qu'elle était actuellement «en train de réévaluer la situation».

«[Nous] avons pris contact avec le client [RT UK] afin de poursuivre la discussion. Les comptes auprès de la banque sont toujours ouverts et continuent de fonctionner», a annoncé un représentant de NatWest.

Plus tôt, ce lundi 17 octobre, la banque a annoncé le blocage des services attachés aux comptes de Russia Today UK, mettant en avant un «réexamen des arrangements bancaires», sans donner de raisons plus précises, mais assurant que cette décision était définitive.

© Capture d'écran

Il était également fait état que toutes les entités de Royal Bank of Scotland refuseraient à l’avenir de coopérer avec RT. Selon le document, cette décision devait être «définitive» et non «sujette à discussion».

«Tous nos comptes bancaires ont été bloqués au Royaume-Uni. Tous. "La décision est unilatérale". Vive la liberté d’expression !», avait alors tweeté la rédactrice en chef de RT, Margarita Simonyan.

Anticipation de nouvelles sanctions contre la Russie ?

«Nous n’avons aucune idée de la raison pour laquelle cela est arrivé. Car ni hier, ni avant-hier, ni le mois dernier, rien d’extraordinaire ne s'est passé, personne ne nous a menacés. Théoriquement, cela pourrait être lié à de nouvelles sanctions antirusses britanniques et américaines qui pourraient être annoncées très prochainement. Peut-être que ces deux évènements ne sont pas liés. Notre département juridique étudie à l'heure actuelle la situation», a précisé Margarita Simonyan.

Au sujet de la situation à laquelle fait face la chaîne russe d'information internationale, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a précisé que, en quittant l’UE, le Royaume-Uni avait «mis de côté toutes ses obligations liés à la défense de la liberté d’expression».

«Comme on dit : on entame une nouvelle vie sans mauvaises habitudes», a-t-elle ironisé au sujet de la nouvelle direction prise par l'archipel britannique. 

Selon le quotidien The Guardian, le Trésor britannique n'est pas à l'origine de la décision de la banque. Le journal, qui cite une source anonyme, affirme que la décision a été prise par NatWest, sans aucune «consultation» avec des institutions officielles.

Réaction officielle de la Russie

Sergueï Jelezniak, membre de la commission des Affaires étrangères du Parlement russe, a d'ailleurs annoncé son intention de demander des explications aux autorités britanniques et d’aider l’équipe de RT UK à défendre ses droits.

«Nous demanderons aux organisations internationales comme le Conseil de l’Europe et l’ONU, ainsi qu’aux associations de défense des droits de l’homme de donner leur avis sur cette question», a précisé le député du parti au pouvoir, Russie Unie.

«On dirait que c’est plus qu’une coïncidence que cela arrive au moment où la propagande antirusse atteint un niveau sans précédent», a déclaré l’écrivain John Wight à RT.

«Cela reflète l’ampleur avec laquelle l’Occident perd la guerre de l’information. RT joue un rôle clé en mettant en doute les récits de l’Occident et des médias occidentaux quand il s’agit des évènements en Ukraine, en Syrie et au Moyen-Orient», a-t-il poursuivi.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales