Israël accuse l'UNESCO de soutenir le «terrorisme islamiste» suite à un vote controversé

Vue aérienne sur le Dôme du Rocher et le Mur des Lamentations à Jérusalem-Est © Eliana Aponte Source: Reuters
Vue aérienne sur le Dôme du Rocher et le Mur des Lamentations à Jérusalem-Est

Une résolution de l'UNESCO portant sur l'esplanade des Mosquées, ou mont du Temple pour les israéliens juifs, a causé l'ire d'Israël qui a décidé de suspendre sa coopération avec l'organisation internationale.

Dans une lettre adressée à la directrice générale de l'Unesco Irina Bokova et publiée sur Twitter, le ministre israélien de l'Education Naftali Bennett accuse l'Unesco d'apporter un «soutien immédiat au terrorisme islamiste», et annonce la suspension par la commission israélienne de l'UNESCO de «toutes ses activités professionnelles avec l'organisation internationale».

Ce projet de résolution sur «la Palestine occupée», qui doit faire l'objet d'un vote définitif le 18 octobre, vise notamment «à sauvegarder le patrimoine culturel palestinien et le caractère distinctif de Jérusalem-Est».

Le texte, présenté par plusieurs pays arabes, a été adopté le 13 octobre en commission avec 24 voix pour, six contre, 26 abstentions – dont celle de la France – et 2 absents.

Néanmoins, contrairement aux assertions israéliennes selon lesquelles le texte «nie le lien historique entre le peuple juif» et le vestige archéologique du temple de Salomon, la nouvelle résolution «affirme l'importance de la Vieille Ville de Jérusalem et de ses remparts pour les trois religions monothéistes».

Reste que des formulations ont irrité Tel-Aviv, et encouragé la France à s'abstenir durant le vote. Ainsi Israël est notamment décrit comme une «puissance occupante» et la «prise d'assaut de la mosquée Al-Aqsa par des israéliens d'extrême-droite et l'armée», ainsi que les «dommages causés aux portes historiques et aux fenêtres de la mosquée al-Qibli située dans la mosquée Al-Aqsa» par Israël y sont dénoncés.

Située à Jérusalem-Est, en territoire occupé par Israël depuis 1967, l'esplanade des Mosquées est le troisième lieu saint de l'islam. Les juifs, révèrent eux le mur des Lamentations situé au même endroit, enceinte extérieur du second le second temple juif détruit par les Romains en 70.

Lire aussi : Manuel Valls regrette le vote d’une résolution pro-palestinienne à l’Unesco

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales