Bombardements à Alep : des civils meurent sous les tirs d'obus (vidéo exclusive)

Source: Reuters

Le territoire contrôlé par les troupes gouvernementales à Alep a été de nouveau pris pour cible. Au moins quatre personnes ont été tuées, plusieurs autres blessées. Le correspondant de RT sur place rapporte ce qu'il s’est passé.

Le carnage à Alep ne cesse pas. La ville, déchirée par les groupes terroristes, continue de sombrer dans le chaos. Le dernier heurt s’est déroulé dans la partie Est de la ville, dans la nuit du 10 au 11 octobre.

Des mares de sang, des douilles de munitions, des corps sans vie jonchant le sol... Telles sont les conséquences du bombardement nocturne.

Le bilan officiel n’est pas encore arrêté, mais l’agence d’information syrienne SANA a comptabilisé au moins quatre morts et 14 blessés.  

Le journaliste de RT Mourad Gazdiev rappelle qu’Alep est divisée en plusieurs camps : les troupes gouvernementales d'un côté et les rebelles et les terroristes du Front al-Cham et de Daesh de l'autre.

Selon les témoignages des habitants de la ville, la vie devient de plus en plus dure semaine après semaine. Ces derniers temps, ils ont dû boucher les fenêtres de leurs maisons à l'aide de briques ou encore se cacher dans les sous-sols à cause des snipers rebelles qui tirent sur leurs habitations. Les enfants sont obligés d’utiliser des passages, des ruelles et des trous dans les murs pour rejoindre leur école, car les artères principales sont bien plus souvent la cible de tirs d'obus.

Des centaines de milliers de personnes ne veulent néanmoins pas quitter leur ville natale, même si elle se trouve sur la ligne de front marquée par les drapeaux noirs du djihad.

Lire aussi : Défense russe : où était le Royaume-Uni quand Daesh arrivait aux portes de la Méditerranée ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales